2 000 auteurs publiés gagneront 100 000 $ de revenus d’ici 2022

En mai 2019, Jeff Wilke – Amazon Worldwide Consumer Director – a brossé un tableau idyllique de la solution de publication personnelle. Il a révélé en 2018, «Des milliers d’écrivains indépendants ont gagné plus de 50 000 $ et plus d’un millier de plus de 100 000 $ en redevances.“. La disponibilité des films ne suffit pas à appâter le navire.

Mais, du fait de la stimulation de la réflexion sur les images, le lien élimine le calculateur. Il est donc couronné de succès en 2019 après 11 ans de bons et loyaux services »,Il y a des centaines de milliers d’auteurs dans le mondeutiliser KDP. Et ça, annonce-toi”millions de livres“. En 2018, 260 millions de dollars ont été attribués via l’option Fonds mondial de cet outil. Alors, quel est le bilan pour 2022 ?

Eh bien… tout d’abord, il convient de noter que le rapport d’autonomisation des petites entreprises d’Amazon ne mentionne plus le Kindle. Le problème numérique – ebook ou livre audio – a perdu l’intérêt des consommateurs pour le marché. Une solution simple pour vendre en toute tranquillité, bien que la réglementation américaine, et européenne, soit plus dépendante de son cas.

Le temps c’est mieux : 300 millions de produits d’occasion vendus, 700 millions de dollars dépensés dans la recherche de contrefaçons… ne les jetez plus.

2020-2022 : croissance !

Et dans certains cas, le dialogue est enterré dans le livre. Une lettre datée de mai 2022 paye cette démission, précisant «Le nombre d’auteurs gagnant 50 000 $ ou plus en redevances a augmenté de 40 % entre mars 2022 et mars 2020.“. C’est parce que le virus s’est installé dans notre petit monde, donnant plus de temps aux écrivains pour terminer leurs livres.

À LIRE : Amazon : cette manière difficile de réduire le prix des livres

On voit aussi l’échec de 2019 en lisant que “Des milliers d’écrivains indépendants ont gagné plus de 50 000 $ en droits KDP, jusqu’à présent en 2022 et plus de 2 000 d’entre eux ont gagné plus de 100 000 $ de revenus.“. Personne n’ignore les données : il n’y en a qu’un millier en 2018, deux fois désormais en 2022. Il n’est pas possible de conclure autre chose, mais l’information est claire : la croissance va se poursuivre”.

Alors comparons : en France, pour 2021, annonce le panéliste GfK, 50 livres ont augmenté de 150 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit 20 % de mieux qu’en 2020. Les auteurs ont été publiés chez un éditeur traditionnel. Puis GfK a établi que le marché du livre représentait 4,4 milliards d’euros en 2021 (soit une croissance de 18%). Le ratio est intéressant : 3,41% de la recherche faite par les 50 livres…

Le succès que nous connaissons est-il sous le nez d’étudiants écrivains avides de trouver un public ? Ou au contraire, le miroir est-il gardé avec des alouettes dans ses traits ? Force est de constater que la marque Kindle s’est placée devant tous ses concurrents, malgré les vagues de plaintes contre (et contre).

Mais l’ebook a perdu de sa superbe et maintenant le livre audio fait l’objet de toutes les attentions : un concours, doté d’un prix de 10 500 $, s’adresse aux auteurs espagnols. Audible, la bibliothèque de livres audio, leur propose de faire évoluer leur travail dans un style de lecture… Les cinq finalistes recevront un Kindle Oasis, qui facilite l’écoute directe des livres audio.

Pour l’instant, Amazon n’a rien à dire sur cette tendance – des milliers d’auteurs n’ont pas gagné d’argent fou en vendant des livres audio, ni des millions de titres distribués aux lecteurs. C’est l’avenir, et l’un des meilleurs signes pour l’entreprise.

crédits photos : Perfecto Capucine/Unsplash

Leave a Comment

%d bloggers like this: