avec Désordres, Florence Foresti a donné sa performance personnelle

C’est une nouvelle pratique de la prostituée qui s’est habituée à elle-même, qui a plus l’habitude d’enlever les idoles que d’ouvrir son ventre. Pour la première fois, Florence Foresti parle d’elle, avec tout l’humour qui la caractérise mais sans cacher ses peurs et ses mauvais côtés, dans Ordre, qu’il a écrit et réalisé, en collaboration avec son ami Pascal Serieis, et c’est là qu’il travaille. Cette autofiction, rafraîchissante et sur la page, navigue entre comédie romantique, récit introspectif, et histoires d’un groupe d’amis. Au moment de la publication de Ordrece 3 octobre sur Canal +, nous avons pu rencontrer Florence Foresti, qui s’est confiée sur cette toute première expérience personnelle.

Le public t’a vue sur les planches, et il a pu te voir au cinéma aussi, comme une fille qui rit dans toutes les situations. D’où est venue l’idée de créer une histoire, et pourquoi cette histoire est-elle si pertinente ?

Florence Foresti ⎥ J’ai toujours voulu en écrire un. Je suis un enfant de la série : Seinfeld, Rêver, Amis, Le sexe et la ville, Le mot Je… J’étais avec des gens des années 1990 aux années 2010, Larry David, Ricky Gervais. J’ai toujours rêvé de le faire, il fallait attendre le bon moment et les bons partenaires. Mais j’étais tellement écrasé sous le poids de mes instructions que j’avais trop peur d’y aller, et j’ai dû recevoir une balle dans le cou.

“Je me suis dit que j’étais trop vieux pour faire un French Sex and the City.”

C’est à la recherche Ordreon retrouve quelques notes de sac ou de Ex petite amie folledeux romans écrits par des femmes, qui se mettent dans le personnage et surtout les comédies en explorant leurs personnages.

Je n’en connais aucun. Mais vraiment, mes références sont plus autofiction et surtout Pamela Adlon avec C’est mieux. Cette série m’a beaucoup aidé dans mon travail. Je pensais que j’étais trop vieux pour le faire Le sexe et la ville à la française, parce qu’évidemment, on en rêvait tous et personne n’y est parvenu. Puis j’ai réalisé C’est mieux, avec une Pamela Adlon qui pense à son âge, sa ménopause, ses trois enfants, et parle enfin de son quotidien, de sa relation avec ses filles et sa mère. Et je me suis dit qu’il n’y a pas besoin d’être une femme forte de 30 ans pour avoir des choses à raconter. J’ai aussi été très inspirée par des femmes comme Julia Louis-Dreyfus qui jouaient de la musique. SeinfeldVeepou dans la série d’échecs de Ricky Gervais, et vice versa Plus de choses, et beaucoup par Larry David. Sauf que la seule chose qui me manque chez lui, c’est l’idée. C’est un gars très “comique” – c’est incroyable parce que la comédie demande beaucoup de travail – il veut juste parler d’amour, je veux plus d’amour et rejoindre le nom de classe du cœur.

“Emily à Paris et tout ce bordel, on n’en veut plus.”

Et d’ailleurs, en France, il y a des histoires qui montrent des femmes de plus de 45 ans…

C’est vrai qu’on n’a pas grand chose ! D’ailleurs c’est un terrain glissant de vouloir faire une série “fille” car c’est caricatural et dégradant. C’est un petit problème auquel je dois faire face Ordre. J’avais cette peur d’être superficiel. Émilie à Paris et ce non-sens, nous ne voulons plus. Il y a tellement de belles choses à dire, tellement de types de femmes différents, qu’on ne les considère presque plus comme des “filles”. C’est une série d’écrivains dont nous avons besoin, hommes ou femmes, nous aimons juste les gens qui ont quelque chose à dire. Je suis une mère, je suis une amante, je suis une femme qui travaille, je m’inquiète… les femmes sont plus compliquées qu’on ne nous l’a montré depuis des années dans l’histoire. J’ai juste essayé d’être proche de mon quotidien.

Vous parlez de votre trouble anxieux, car la série est autobiographique. N’est-ce pas un peu impoli de se mettre dans la merde, en donnant un travail aussi personnel, quand on vit dans l’angoisse ? Quoi qu’il en soit, c’est quelque chose que vous n’avez pas inclus dans vos rapports.

La série m’a permis d’aborder des sujets que je n’aborderais pas sur scène, car ce n’est pas une blague. Sinon, je ne sais pas le bon angle pour aborder le sujet. Une fois, j’ai travaillé sur un shooting photo à Bercy. Mais si vous voulez avoir des idées un peu plus simples, la série est mieux, bien sûr, car il y a de la musique, de la réalisation, et puis d’autres choses. Quand je suis seul sur scène, je ne peux pas avoir toutes ces pensées sur les relations, l’amour ou des événements plus importants de la vie comme l’avortement et le divorce. La série est la meilleure plateforme, et elle m’a permis d’élargir mon spectre.

On ne spoilera rien, mais la dernière photo de Ordre peut servir de solution. Cependant, cela ouvre également une solution possible. Prévoyez-vous une saison 2 ou pas ?

Je ne vais pas me projeter maintenant, mais c’est vrai que cette scène est dans l’épisode 8 comme promis. J’aimerais aussi partager un petit cookie. Quant à moi, je veux terminer par une note d’espoir pour mon personnage. Mais je ne pense pas à une 2ème fois, je laisse juste la porte grande ouverte.

Et enfin : qu’est-ce qui fait sourire Florence Foresti ?

Presque tout! Mais d’autres, mes amis, ma famille, ma famille. La vie n’est pas drôle pour moi, ou la société moderne. Pas vraiment. Je suis sombre et un optimiste intérieur. Par contre, je suis entouré de gens qui sont très drôles et qui me sauvent.

Saison 1 de Ordre est diffusé sur Canal+.

Leave a Comment

%d bloggers like this: