Avec Giorgia Meloni, l’Italie assure l’aile droite

D’une jeune fasciste qui a remporté l’élection et atteint rapidement le poste de président du Conseil, la Rom Giorgia Meloni est le nouveau visage d’une Italienne qui entre dans l’extrême droite.



Temps de lecture:
3 minutes


L’Europe verra Giorgia Meloni, la gagnante des élections générales de dimanche et la première femme présidente du Parlement italien (fin octobre-avant novembre après avoir négocié une coalition salut). La tête de Fratelli d’Italie (Frères d’Italie), un Romain de 45 ans, entré en politique à 15 ans avec le MSI, le Mouvement social italien, parti post-fasciste.

Trente ans plus tard, que reste-t-il de la jeunesse élogieuse des Duc, Benito Mussolini ? S’il le prouve aujourd’hui” Il y a quelques années, l’Empire italien a relégué le fascisme à l’histoire “, le responsable du MSI pour le groupe néo-fasciste d’actions étudiantes disait en 1996 : ” Je pense que Mussolini était un bon politicien, c’est-à-dire que tout ce qu’il a fait, il l’a fait pour l’Italie. »

« Nous protégerons Dieu, le pays et la famille. Décidez-vous. Nous combattrons l’islamisation de l’Europe. »

C’est le sien Mémoire Aujourd’hui l’essentiel porte sur les principes traditionnels de la société italienne, anti-gay et LGBT+, anti-avortement, qui le séparent d’une Marine Le Pen à qui on l’a comparé à tort. Le président du RN est très proche de Matteo Salvini, le patron de la Lega et partenaire du parti. Son islamophobie et son rejet des étrangers deviennent parfois un objet d’inquiétude pour Zemmour. Lors d’un discours à Rome en 2019, il martelait : ” Nous protégerons Dieu, le pays et la famille. Décidez-vous. Nous combattrons l’islamisation de l’Europe. »

On le voit en France pour admirer sa victoire, mais Giorgia Meloni est l’un des rares hommes politiques italiens à avoir connu l’automutilation : député à 29 ans et ministre de la Jeunesse de Silvio Berlusconi de 2008 à 2011. Il se libère de « dieu » en faire 2012 Fratelli d’Italie arborant sur son logo une flamme vert-blanc-rouge, référence au MSI. La petite extrême droite, dominée par la Ligue de Salvini, pesait 4,4 % en 2018 et atteignait 26 % dimanche. Il était le seul à s’être opposé au gouvernement de coalition de Mario Draghi.

La controverse française et européenne

La Romaine a un sens politique et un mordant amer. Sandro Gozi, député du parti d’extrême gauche, l’accompagnera lorsqu’il décidera de se présenter aux élections européennes 2019 sous les couleurs françaises de Renaissance, la liste macroniste. ” Il m’a poursuivi, il a lancé une requête invalide pour retirer ma nationalité italienne. Nous comprenons bien la nature. “, a expliqué ce dernier.

Les relations franco-italiennes n’ont pourtant pas été faciles Fratelli d’Italie c’est la seule partie qui n’a pas signé le Traité du Quirinal de coopération croissante entre les deux pays, qui a été conclu l’année dernière. Son intérêt anti-européen doit être pesé. L’Italie est le premier bénéficiaire du plan de relance de l’UE (190 milliards d’euros). La talentueuse Giorgia Meloni a dû trouver un équilibre entre nationalisme et pragmatisme. Les arguments peuvent être laids. Pendant la campagne, il scande en cherchant Bruxelles : ” La fête est finie. »





Continuer à lire

Mariage homosexuel, GPA, inclusion : les Cubains approuvent le nouveau code de la famille

Covid-19 : le Canada suspend les services de santé

Bangladesh: au moins 40 morts après le naufrage d’un bateau dans le fleuve



Continuez à lire sur ce sujet :

Élections européennes Politique France Rome Italie Silvio Berlusconi Marine Le Pen Giorgia Meloni

Leave a Comment

%d bloggers like this: