“C’est vrai”… Un magicien de 36 ans a été jugé pour prostitution et voies de fait sur 27 enfants.

« C’est inimaginable, surréaliste. J’ai du mal à croire que ce soit vrai. Le soir du début du procès devant la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine, Sandra était très inquiète. Depuis cinq ans et avec des témoignages d’attouchements sur ses deux enfants, cette mère qui habite près de Rennes ne comprend pas ce qu’un “ami, presque un frère” est en réalité un mensonge. Dès vendredi, Sébastien C. (Lire attentivement) est assis seul dans un box pour répondre des nombreux actes et abus sur mineurs dont il est accusé.

Ce magicien de 36 ans est au cœur d’une grave affaire de délinquance impliquant 27 enfants.Pendant quinze ans, ces garçons et filles âgés de 3 à 15 ans ont été abusés au moment des faits par une personne décrite par des proches. à lui comme “aimant”. Un homme a été condamné en 2011 pour avoir abusé d’une fillette de 9 ans alors qu’il était chauffeur dans un centre de plein air des Côtes-d’Armor. Mais qui a pu continuer à pratiquer avec de jeunes enfants pendant des années, suscitant la froide colère des parents des victimes. Son comportement est le même à chaque fois. Gagner la confiance des parents, dont beaucoup sont devenus des amis, afin d’approcher les enfants pour leur faire du mal.

Vingt sept. Le nombre de victimes était sanglant. Mais il est déjà prouvé qu’ils sont plus nombreux, tandis que d’autres seront jugés après ce procès dans des assises d’une durée de quinze jours. Silencieux pendant des années, tous ces enfants ont fini par parler lorsque leurs parents les ont interrogés sur les activités de Sébastien C. En novembre 2017, le magicien a pris son téléphone pour informer un de ses amis qu’il va à l’école. Il a raconté certaines des atrocités commises contre leurs enfants, avant de frapper aux portes du commissariat de Rennes pour révéler son horrible vérité. Avant cela, il prenait le temps de supprimer ses fichiers informatiques. Pendant plusieurs heures, il a expliqué ses actions aux chercheurs de ce dernier groupe. Il a également donné les noms des victimes. Sa petite sœur, ses cousins, ses sœurs, les enfants de ses amis les plus proches.

Il était impliqué avec les parents avant d’abuser des enfants

Dans ses nombreuses entrevues, l’intimé a décrit à chaque fois le même « modus operandi ». Après avoir approché les parents, il a été invité à se coucher et est parti en vacances avec eux. “Il était comme un membre de la famille”, a déclaré une mère. “Il a touché leur vie, il s’est endormi quand il était éveillé. Mon client l’a présenté à ses amis, à leurs enfants. Aujourd’hui, il est très intéressé. Il a le sentiment d’être trompé”, livre Avec Agnès Cœtmeur, avocate d’un habile manipulateur de ballons, il surprend les plus jeunes en les sculptant.

Dans chaque cas, l’accusé s’est beaucoup servi des enfants pour gagner leur confiance. Il leur a offert des cadeaux. Et avant chaque représentation, il leur tend son téléphone, comme pour les distraire. Les enfants sont dans “un état de dissociation hypnotique”, selon la psychologue. C’est alors qu’il l’a fait. Soins, masturbation, mains glissées sous les vêtements des filles et des garçons. Lorsqu’il dormait la nuit, il continuait d’essayer de pénétrer le canal anal. Certains enfants pleuraient et disaient qu’ils souffraient tellement. Mais il leur a promis qu’ils seraient leurs aides pour la magie. L’homme a également photographié des enfants nus avec son téléphone. Il montre parfois des photos de ses victimes, les enfants pensant que ce qu’ils voient est “normal”. “J’étais très jeune, je ne savais pas ce qui se passait, si c’était bien ou mal”, raconte la victime, aujourd’hui adulte. Ainsi, la plupart des enfants n’en parlent pas à leurs parents de peur d’être blâmés et punis, comme s’ils avaient fait quelque chose de stupide. L’accusé, qui était leur ami à l’époque, a martelé ce secret qu’il fallait bien garder. Presque tous l’ont fait.

Une action en justice a été déposée en 2014 mais n’a jamais été mise en œuvre

L’horreur aurait pu prendre fin en 2014 si la plainte déposée par la mère pour attouchements sur sa fille de 3 ans et demi avait été entendue. Alors qu’il décorait une chambre pour un anniversaire, Sébastien C. s’enferme avec une petite fille dans la salle de bain. Les enfants l’ont vu et ont informé les parents que la sorcière avait embrassé la plus jeune bouche. Interrogée, la petite fille a expliqué que la sorcière avait frotté sa femme et mis sa main sous sa robe. Il a également touché son cou. Lorsqu’il a été entendu par la police, le garçon n’a pas parlé. Sa mère, a-t-il témoigné, remettait la carte professionnelle de l’intimé. La magie, même dans le test avec son avis de 2011, ne se fera pas entendre. Il a fallu près de quatre ans pour que le dossier refait surface. “Pendant ces quatre années, il a détruit partout. Les policiers sont beaucoup décédés”, slick, amer, un avocat. Souvent dans les rues, le magicien crée la pagaille partout. En Bretagne, où il séjourna longtemps, mais aussi dans les Vosges, où il partit en vacances, dans les Deux-Sèvres et en Suisse et au Royaume-Uni où il partit comme chef de camp.

Lorsque son frère a été condamné, la sœur de l’accusé a trouvé le courage d’en parler à son père. Il a raconté comment son frère l’a touché alors qu’il n’avait que 6 ou 7 ans, parlant aussi de rappe, de fellation.

Il n’a rien dit à l’époque “parce qu’il pensait que c’était normal”, a-t-il déclaré aux enquêteurs.

A cette époque, son père chasse son fils de chez lui et lui interdit de revenir, sous peine de porter plainte. Il n’aurait jamais pensé que son fils attaquerait d’autres enfants. Aux enquêteurs, le magicien a expliqué qu’il se considérait comme “déséquilibré” en raison de son attirance pour les jeunes enfants. Il disait “impulsions” en le faisant.

Le procès des sorcières se tiendra dans la grande salle d’audience de la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine pendant deux semaines. – C. Allain / 20 minutes

Son opinion n’a pas changé à cause des railleries violentes. Mieux encore, il les a inspirés. Bien que sa famille n’ait rien su pendant des années, ils ont commencé à remarquer que leur ami “devient facile”. Ce dernier a commencé à faire des blagues pédophiles. Alors qu’il avait vingt ans et qu’il étudiait à l’université de Rennes, l’accusé avait provoqué une adolescente de 13 ans qu’il accusait de le diffamer. Il était son ami. Il lui a conseillé de porter plainte pour “le faire redescendre”. La jeune fille, cependant, n’était pas faite de cette façon. Depuis, il multiplie les tentatives d’assassinat.

Le magicien finit par faire confiance à un ami, connu pour ses escroqueries, qui coud les épaules avec Nice. Il a exprimé son intérêt pour les enfants, avant d’admettre qu’il l’avait déjà fait. “Il n’a pas cherché de partenaire. Il a dit qu’il voulait des femmes qui portent du 32 ou du 34, sans hanches, sans rondeurs et sans seins”, a-t-il expliqué au média de recherche. C’est cet ami qui lui a demandé de se livrer à la police, et il a fini par accepter en novembre 2017. Ce jour-là, Sébastien C. a informé certaines familles qu’elles ne le verraient pas pendant un certain temps. , en parlant de prison. Puis il a ouvert son histoire à la police, soulevant deux arguments d’un inconnu, qu’il a trouvé dans un camp quand il avait 6 ans.Il n’a rien dit. Il a ensuite donné quelques noms de ses victimes à contacter. Alors rejoignez-vous. Puis un autre, puis un autre. Sébastien C. est en détention provisoire depuis novembre 2017. Le procès, qui se tiendra à huis clos, devrait durer quinze jours.

Leave a Comment

%d bloggers like this: