Contenir les illusions (Chapitre 15) –


Angoulême… Un nom qui quitte souvent, la capitale de la Charente est associée à une grande importance littéraire car c’est la terre d’origine de Lucien Chardon, dit Rubempré, héros de Balzac Traditions perdues écrit dans la première moitié du XIXe siècle par un historien célèbre. Dans ce grand livre publié en trois parties sur une période de six ans (le troisième opus parut en 1843, l’éditeur) Honoré de Balzac tente de montrer l’âpre voyage et Lucien Chardon, un jeune poète aux ressources talentueuses qui veut la gloire. La vie mondaine parisienne facile, quitte ainsi son quartier Angoumois pour le Tout-Paris dans un premier chapitre raconté sous le signe d’une exaltation mêlée de mélancolie…

Angoulême est depuis quinze ans un rendez-vous incontournable du Festival du Film Francophone, un lieu de courts, moyens et longs métrages qui rendent hommage à la langue de Molière et de ses amis publics dans les derniers jours d’août de nos éphémérides. Depuis longtemps mais pour une prolongation inattendue (on peut voir quelques grandes oeuvres, notamment indépendantes ou quelques premiers films de nouveaux talents, précise l’éditeur) c’est donc le FFA 2022 qui se tiendra du mardi 23 août au dimanche 28 août dans le lit de L’automne poète formé par la plume volubile de l’infatigable Balzac, célébrant avec honneur sa quinzième édition sous le président d’André Dussollier et l’œil bienveillant de Dominique Besnehard – à l’origine de la création du Festival en 2008.

Amoureux de nouvelles musiques et d’images inconnues (et toujours intéressés à explorer de nouveaux lieux et à imaginer de nouvelles rencontres taillées dans le bois du Septième Art) avec le mécontent que la rédaction de Close-Up Magazine en a profité pour honorer la mémoire de Lucien Chardon de la même manière que lui… Laissant une capitale agréable et négative à une époque qui n’est pas “remplie” ” les vacances, nous avons donc voyagé sur les terres qui ont inspiré et inspiré le jeune poète, essayant peut-être de le ramener à le temps d’après la mort du goût… et le film maison !

Une 15e édition sertie de pépites cinématographiques en tous genres, ponctuée ça et là de longs métrages parfois proches d’un petit travail de derrière les fagots… comme en témoignent deux des plus belles victoires de l’élection des Flamboyants (une pièce qui rassemble – selon les mots de Dominique Besnehard – des scènes de vie proches de l’observation du monde présentée par le cinéaste en question), qui signifie la vie. Nos frères et une musique incroyable 16 ansfilms réalisés par Rachid Bouchareb et Philippe Lioret.

Lyna Khoudri à Nos frères

Un drame urbain marqué quatre-vingt avec des photos en noir (car c’est entre les documents d’archives et la reconstitution des années Mitterrand) Nos frères Revenant sur la grève puis l’assassinat de Malick Oussekine et Abdel Benyahia par un groupe d’acrobates parisiens combattant dans la bagarre, faisant de cette tragique nouvelle un sujet d’étude Secret de l’Intérieur contrôlé par le criminel (mais proche) Charles Pasqua. Précis et détaillés dans son écriture, les films de Rachid Bouchareb sont révisés, au gré des journées de diffusion en masse. originaire de, l’Histoire de France pour lui montrer sa propre faute ; Bon miroir de mémoire Nos frères Il a sorti ce crime policier de l’oubli de notre nation et de nos dirigeants actuels, se laissant une grande source du cinéma français. Et si beau !

16 ans Il y a aussi Out of Paris, une comédie musicale shakespearienne inspirée du conte de fées. Roméo et Juliette. Avec un look vraiment chic allié à la précision de la production et de la compétition proche du miracle, Philippe Lioret revisite le jeu original mieux qu’il ne l’était, introduisant son histoire sous un aspect doux et presque anthropologique. A partir d’une mystérieuse caisse d’une bouteille de Château Margaux retrouvée volée dans un magasin par un commerçant nord-américain, le cinéaste va développer une histoire mêlée d’amour pur et de Class action vraiment difficile à suivre, très bonne et émouvante. Le coup de cœur de ce tome 15, bien sûr !

Si de nombreux films en compétition ne peuvent être vus par manque de temps (nous sommes désolés de ne pas voir les propositions faites par Le sixième enfant, Le bleu du caftan et beaucoup plus Noémie est d’accordles trois ont été récompensés par le jury dirigé par André Dussollier, nldr) cependant, nous avons eu l’occasion de passer par l’analyse de la complexité complexe. Le pire, Le film réalisé par Lise Akoka et Romane Guéret, lauréate du prix Valois de Diamant pour cette édition 2022. Fortes de leur “expérience de terrain” en tant que directrices de casting, les deux réalisatrices plantent dans leurs caméras au plus fort de l’enfance et de l’adolescence. la dureté du Nord de la France, minant les joues graves mais bruyantes de leur batteur inconnu et ignorant. Si Timéo Mahaut y fait un show, personne n’enviera un naturalisme dardénien, Mallory Wanecque s’y intéresse à nouveau il se réjouira de la beauté naturelle du col et de la fièvre cinématographique d’Abdellatif Kechiche, rappelant l’entrée de Sara Forestier et Hasfia Herzi dans le cinéma français des années 2000. C’est vrai mais sauvage, désordonné et dérangeant parfois Le pire brouille toutes les cartes et toutes les frontières qui séparent l’histoire de la vérité, s’imposant avec ses feux comme un morceau de cinéma-vérité. Indépendance.

Mallory Wanecque et Timéo Mahaut à Le pire

A part ce beau snorkeling le quotidien d’un jeune paresseux. Habib : le grand voyage de Benoît Mariage, avec Bastien Ughetto dans le rôle-titre avec Sofia Lesaffre, Thomas Solivérès, Michel Fau… et Catherine Deneuve ! Drôle et lucide dans un même mouvement d’humour ironique, cette leçon n’est pas comprise dans le théâtre et ses acteurs et est souvent utilisée par le système pour offrir de beaux moments de rire et de réflexion.bonne conversation et rappel de l’irrévérence de la photographie créée par Jean-Pascal Zadi. Seulement noir lors de sa sortie il y a deux ans. En revanche, le premier film de Guillaume Renusson, pragmatiquement intitulé Les êtres vivants (le film n’est rien de moins, rien de plus qu’un vivre la vie pur et dur, lettre éditoriale) Il ne nous a pas totalement convaincus, malgré le tellurique, proche de la description d’un Denis Ménochet comme toujours impeccable…

Les longs métrages, à leur tour, ont fait plaisir – ou pas le même – plaisir à notre rédaction. peut être amandier de Valeria Bruni Tedeschi nous fait redécouvrir la beauté et la beauté de Nadia Tereszkiewicz et entrer dans l’énergie capricieuse du ténébreux Sofiane Bennacer. dans un bon et intéressant tour du club nantais du passé de Patrice Chéreau Une histoire d’amour déçoit un peu par ses conventions dramatiques et romanesques, prétextant un peu facilement l’universalité de son sujet au détriment de véritables aspérités cinématographiques. Et si Alexis Michalik montre un quelconque talent pour créer et diriger ses acteurs et actrices, il ne peut aller au-delà de sa matière première, une matière qui reste au niveau de l’écriture sans réussir à sublimer ce qui se cantonne au statut de bel amour littéraire. … On passera aussi au meilleur film d’ouverture de ce FFA 2022, un jeu pépère et ronronnant enchaîné par un Dany Boon en forme de chauffeur de bus et colérique (faux usage, me voilà…) et une Line Renaud dans la belle soirée . Sa vie (muse, me voici…), les deux acteurs qui conjuguent les pans d’une vie marquée par les flashbacks les plus importants et une hideur qui peut faire bonne figure. Les Cyclades, le film est bien fait du très bon boulot (expliquez, me voilà !) en rendant ses lettres d’honneur à une comédie bonne et sournoise tout en mettant à mal sa productrice principale (Laure Calamy, me voilà !) et sa compagne Olivia Côté… Le film de Marc Fitoussi fait partie de ceux dont la beauté est de se passer de présence et de grâce, véritable message d’amour et de compassion que l’on verra bientôt dans notre chambre noire…

Nadia Tereszkiewicz et Sofiane Bennacer dedans amandier

Ces petits films de la quinzième édition du FFA permettent de voir le champ des possibles pour les femmes (la sublime héroïne de 16 ansl’impétuosité communicative de Mallory Wanecque à Le pirele duo pétillant de Cyclades…) tout en montrant les frontières de genre sous toutes leurs coutures (les voltigeurs meurtriers et les martyrs qui ont été tués. Nos frèresle service arabe du sujet Habibhéroïnomane et destructeur de amandier…). Quinze éditions – si c’est une première pour la rédaction de Close-up Magazine – vont être l’une de nos sélections de films les plus attendues dans les années à venir. Merci à Dominique Besnehard et Marie-France Brière de nous offrir ces yeux qui brillent d’illusions, pour ainsi dire… visibles à nouveau.

Valeur du diamant : Le pire de Lise Akoka et Romane Guéret

Valeur publique : Le sixième enfant par Léopold Legrand

Le statut du concours : Le bleu du caftan par Maryam Touzani

Valois de l’acteur : Saleh Bakri no Le bleu du caftan

Valois de l’actrice : Sara Giraudeau et Judith Chemla no Le sixième enfant

Valois pour le cinéma : Léopold Legrand et Catherine Paillé no Le sixième enfant

Valois de la musique : Louis Sclavis no Le sixième enfant

Valois des élèves francophones : Noémie est d’accord par Geneviève Albert

Mention spéciale pour Kelly Depeault, l’acteur principal de Noémie est d’accord

Leave a Comment

%d bloggers like this: