Cours – Loisirs | Idées de livres pour enfants : le monde animal vivra pour toujours

Ils ont toujours encouragé les auteurs de livres pour enfants, à introduire la douceur ou, à exprimer le problème. Les animaux occupent souvent les pages des albums jeunesse, comme en témoignent les quatre titres de notre sélection.

Photos de la ferme

Pour montrer le style aux plus petits, rien de mieux que ces petits livres d’images, illustrés d’images ou de photos. Ce, À la ferme, de Nathalie Seroux, est une invitation à la campagne. Cette nouvelle mais vraie ferme donne aux enfants, du poulailler à la grange, l’opportunité d’apprendre de nouveaux mots. En plus des animaux (du cochon noir au pigeonneau), on voit aussi les machines décoratives nécessaires au champ, et on voit l’apiculteur non loin de ses ruches et l’agriculteur dresser devant ses bottes de foin. Dédié à “ceux qui nous nourrissent”, le petit livre photo en est un exemple, le quatrième de ce photographe.

“A la ferme” de Nathalie Seroux, La Martinière Jeunesse, à partir de 1 an, 11,90 euros.

Le plus haut est le chat

Fier, indépendant ou intéressant, le chat est l’objet d’un culte… C’est nécessaire. Les auteurs de livres pour enfants les adorent, car ils sont ludiques et amusants à dessiner. Si Gilles Bachelet fait l’événement avec la série Mon chat est le plus con du monde, d’autres producteurs travaillent avec des talents à la manière des félins domestiques. Ainsi, Clémentine Mélois et Rudy Spiessert sont très friands de chats (mais aussi de chiens auxquels un autre album est consacré). Mais parlons des chats et de cette scène que le duo met sur les “très mignons”, les “toujours de mauvaise humeur”, les grands, les petits… le nom commun donné à leur odeur de croquettes, leur caché sentiments à travers leurs petites tailles, nous voyons nos chats sur les pages, dont les images incitent à utiliser de l’argent.

“Tout ce que je sais sur les chats” de Clémentine Mélois et Rudy Spiessert, Seuil Jeunesse, à partir de 3 ans, 10,90 euros.

Problème d’attention

La première route devant Raphaël Martin et Maxime Derouen. Pour initier les enfants aux animaux dangereux, l’auteur et l’illustrateur regardent quelques animaux, nobles ou dangereux, que l’on aime regarder… de loin. Et protégez-les malgré leur danger car beaucoup d’entre eux sont en danger (ours polaire, ornithorynque, tortue alligator, requin tigre, tigre du Bengale, etc.). Somme toute, on apprend tout sur chaque animal et des détails étonnants pour retenir que la méthode pédagogique y est conservée avec style et humour : le pays et l’endroit où ils vivent, leurs détails, leurs secrets à aborder avec des faits terrifiants et des détails à marquer. Il existe également de nombreuses astuces pour éviter de se réveiller avec ces petits et grands animaux.

“Les animaux horribles”, de Raphaël Martin et Maxime Derouen, jeune La Martinière, à partir de 6 ans, 14,90 euros.

La malédiction du chasseur

Comment rêvez-vous de tuer un guépard? Tuer ce bel animal pendant la chasse ? Pour Victor, c’est plus qu’un rêve, c’est un fantasme, c’est un visionnaire. La chose malheureuse qu’il a utilisée était de transformer le reste de l’animal en tapis de sol. Heureusement, on veut dire, des remords pour lui et Victor s’efforce de corriger son erreur. Si ce n’est pas pire que prévu… Avec habileté, Jacques & Lise racontent une histoire qui se tord et crée un émerveillement qui change notre compréhension du héros du livre. La photo, Victor est très belle, avec de meilleurs résultats. Pas étonnant que ce duo de Belges ait remporté le Grand Prix d’illustration aux Global illustration Awards en 2018 pour cet album.

“Victor”, Jacques & Lise, Seuil Jeunesse, à partir de 3 ans, 13,90 euros.

Leave a Comment

%d bloggers like this: