Entre les matchs, les entraîneurs visiteront le centre de contrôle VAR

Les entraîneurs de Ligue 1 ont été invités mardi à visiter le centre de surveillance VAR par l’arbitre Pascal Garibian. Mais tout le monde n’était pas là.

Après le week-end de Ligue 1, une nouvelle fois marqué par des querelles autour de l’arbitrage, les premiers entraîneurs ont été invités ce mardi à se rendre au centre d’inspection VAR. Une invitation annoncée par le directeur de l’administration Pascal Garibian, pour montrer aux entraîneurs “comment faire au quotidien”. Mais tous n’étaient pas là.

Dommage qu’il en manque certains dont Favre

“Certaines personnes utilisent la trêve et partent en vacances. C’est dommage”, a déclaré une source. C’est le cas de Lucien Favre, l’actuel entraîneur de Nice, dans une interview ce week-end qui tentait d’expliquer sa connaissance de la VAR.

“C’est peut-être bien qu’il reste là-bas. Mais ce n’est pas le cas…”, a ajouté cette même source. Plus de la moitié des entraîneurs de L1 restent. Objectif du jour : montrer comment fonctionne la Direction Technique de l’Arbitrage (DTA) et rappeler les principes du protocole dans un match. Certains juges de notre concours étaient également présents.

Dimanche, l’OGC Nice a crié au scandale après avoir sorti Jean-Clair Todibo après cinq secondes de jeu pour une faute sur Abdallah Sima, lors du match face à Angers (0-1). “Pas rouge car il a été couvert par Dante et Lotomba, a regretté Favre en conférence de presse.

Le Stade de Reims a également critiqué la sévérité du différend après la sortie de Bradley Locko (22e). « L’arbitre a tué le match, accuse Oscar Garcia, l’entraîneur de Reims. On a montré une très bonne tête mais au final c’était toujours difficile de jouer à dix pendant 75 minutes. On a parlé avec le joueur avant le match pour lui dire de contrôler leurs émotions et ils ont bien fait. Nous en avons parlé avec l’entraîneur de Monaco et il a également dit que ce n’était pas un carton rouge. Il a été sanctionné plusieurs fois.

“A mon avis, ils (les administrateurs) nous font payer quelque chose, mais je ne sais pas quoi, a-t-il poursuivi. On ne peut rien faire, ils ont tous les pouvoirs. Ici, tu reçois un carton jaune juste pour avoir parlé , pas d’offense. Mais je vais le changer. Tout le monde m’appelle d’Espagne et me demande pourquoi il y a tant de cartons rouges. Ce n’est pas normal… Je suis désolé pour les joueurs, l’arbitre joue avec leur travail et leur travail Akliouche’s le travail est plus dangereux que notre carton rouge car il va de pair avec les crampons de notre gardien et lui fait mal à la main.”

Leave a Comment

%d bloggers like this: