Euro. Ce qui attend Saint-Marcel Football pour cette saison

Le président de Saint-Marcel Football (Eure), Éric Pikorki, présente les objectifs de la saison pour le club. ©Archives / Le Démocrate de Vernon

C’est un bon début de saison pour Saint-Marcel Football (Eure), qui atteint le quatrième tour de la Coupe de France en battant ses voisins du SPN Vernon. Dans une interview, Éric Pikorki, le président du club, évoque l’avenir du club et ses objectifs pour la saison.

Après avoir battu le SPN Vernon dimanche, pour vous emmener au quatrième tour de la Coupe de France, que pensez-vous de la suite de cette compétition ?

Vous saurez déjà que les deux équipes sont dans la même division en championnat, nous aurons Vernon le 13 novembre. Nous sommes les « dehors » puisque Vernon a remporté la Coupe de Normandie l’an dernier et a terminé plus haut que nous au classement, ils étaient deuxième et nous étions septièmes. Nous sommes partis comme un petit poucet et pas tant que ça ! Le jeu aurait peut-être changé sinon, mais nous sommes heureux de nous qualifier pour le quatrième tour.

Quels sont les objectifs de ce concours ?

Nous sommes toujours allés au quatrième tour il y a quelques années. Pendant plusieurs saisons, on est tombé au troisième tour, comme l’an dernier. Notre meilleure performance était au sixième tour il y a cinq ans. C’est l’histoire de la SMF et pourquoi ne pas la publier ! Pour l’instant nous sommes au prochain match, et notre premier objectif d’atteindre au moins le quatrième tour a été atteint. Arriver à ce stade de la compétition nous permet de bénéficier d’un ensemble vestimentaire fourni par l’équipe normande.

Vous avez lancé une campagne de recrutement de vétérans cet été, votre appel a-t-il été entendu ?

Nous n’avons pas assez de vétérans de Covid. Bien sûr, l’entreprise n’a rien à redire, nous en avons sorti 400 l’année dernière mais il y avait quelques pièces du Covid et certaines étaient anciennes. Nous recherchons des joueurs entre 35 et 45 ans, dans cette tranche d’âge c’est plus difficile. Plus de seniors, plus de cinquante ans, sont revenus. Les réunions ont lieu le dimanche matin et les entraînements ont lieu le vendredi soir. Il faut savoir que ces dernières années les joueurs se sont beaucoup blessés, on a eu trois ou quatre joueurs blessés qui n’ont pas pu jouer dimanche dernier. A cette heure, les inscriptions sont ouvertes.

Vous êtes le jour de l’anniversaire de Saint-Marcel, et aujourd’hui ?

Notre équipe féminine de football nous a soutenus tout au long de la journée et a maintenu notre position. L’idée est de montrer notre section féminine, où du travail a été fait depuis plusieurs années.

Quelle est cette partie de l’entreprise ?

C’est très bien. Aujourd’hui, nous avons un guide du football féminin, Olivier Le Bars, et six équipes féminines, de U7 à U18. Nous sommes fières de notre école féminine parce que nous avons été nommées argent par la Fédération et parce que nous avons eu un très bon résultat dans la ligue l’an dernier. Nous avons gagné la coupe de futsal par exemple. L’athlétisme féminin était l’un des sports préférés de l’équipe la saison dernière.

Y a-t-il des changements pour l’équipe cette année ?

Oui, il y en a beaucoup. Au début, les personnages féminins ont changé et sont maintenant basés sur des personnages masculins. Les U17 sont allés aux U18, les U14 sont allés aux U15 et il y avait une division U13. Nous avons également créé une troisième équipe, une équipe C. Nous avons également changé le staff, les entraîneurs et les managers de nos meilleures équipes. Nous avons fait appel à un ancien entraîneur, Laurent His, qui a connu les beaux jours de la SMF et est parti il ​​y a six ans. C’est lui qui a fait passer l’équipe Saint-Marcel de la deuxième division à la Régional 2. Il est revenu et a donné de la force à notre équipe car il a ramené le jeune Saint-Marcellois dès l’âge de vingt ans. C’est un recrutement très fort, et recruter des jeunes de l’équipe, c’est une vraie équipe sportive. L’entraîneur s’est également appuyé sur ses adjoints, François Garnier en équipe première et Antonio et José Da Fonseca aux commandes.

Vidéos : maintenant sur Actu

Pouvez-vous en dire plus sur ce tiers ?

Ce groupe de trois sont des joueurs qui ont évolué à Saint-Marcel il y a quelques années, sont âgés et ont beaucoup d’expérience. Nous sommes fiers de pouvoir créer cette entreprise qui inspire le véritable amour pour les vêtements. Ils évoluent actuellement en quatrième division, dans l’espoir de passer en troisième division. Plutôt que d’avoir du succès, cette équipe a été créée pour le plaisir de jouer et de s’amuser.

Alors, la saison est-elle bien lancée pour le club ?

Nous sommes un désastre pour notre succès ! Les abonnements sont toujours complets, il se peut que nous devions refuser des personnes si cela continue. Dans cette optique, nous souhaitons faire venir un jeune en service civique pour nous aider partiellement dans ces listes. Parallèlement à cette participation, il y a de nombreux enseignants, dont la plupart sont diplômés, et nous participons à la formation des enseignants. C’est aussi une force du groupe. En ce qui concerne les éditeurs, notre quota est rempli. Nous en avons trois, le seul quota nécessaire en Régional 2. Nous sommes également satisfaits du succès de notre site internet qui génère entre un et deux mille visites par jour. J’en profite pour remercier la ville de Saint-Marcel, qui a bien préparé le pays cet été pour le début de la saison. Notre prochain objectif est d’avoir plus d’espace pour s’entraîner, deux boxes pour 400 joueurs, ce n’est pas facile…

Quels sont les objectifs à atteindre cette saison avec les meilleures équipes ?

Notre objectif est de faire mieux que l’an dernier, et de terminer à la septième place. Mais nous ne sommes pas le seul groupe du quartier ! Nous sommes concernés par exemple dans l’équipe soignante d’Évreux, qui n’est pas loin de la montée. Vernon n’est pas loin et Le Petit-Quevilly recrute des alumni d’un excellent niveau. Pour conclure, nous voudrions faire ressortir l’équipe qui a passé la barre d’un point l’an dernier.

Est-ce que cet article vous a aidé? Notez que vous pouvez suivre Le Démocrate Vernonnais sur la page Mon actualité. En un clic, après inscription, vous verrez toute l’actualité de vos villes et marques préférées.

Leave a Comment

%d bloggers like this: