Films : “Lost Illusions”, “Venom : Let There Be Carnage”, “Tout le monde se moque de nous”… ces 3 films à voir ce mercredi

“Lost Illusions”, “Venom : Let There Be Carnage”, “Tout nous sourit”… Voici trois films qui seront vus au cinéma ce mercredi 20 octobre.

fausse perte

Une comédie humaine d’une réelle profondeur. Amoureux de littérature, Lucien de Rubempré quitte son pays et sa belle Louise de Bargeton qu’il aimait secrètement pour se rendre à Paris dans l’espoir d’une carrière de journaliste. Guidé par Etienne Lousteau, son mentor, et suivant le parcours de Raoul Nathan, ce jeune homme se retrouve fasciné par la beauté et la dégradation dans un monde où coexistent tromperies, trahisons et exigences de la presse, de la politique et de l’information.

Après la sortie de Marc Dugain et de son Eugénie Grandet le mois dernier, c’est au tour de Xavier Giannoli d’adapter librement une œuvre d’Honoré de Balzac, Illusions Perdues, portant sur le second volet du livre Un Grand Homme de Province à Paris. “Balzac a compris que l’argent est le nouveau code. Il a défini la matrice du nouveau monde dans lequel nous nous trouvons toujours”, a déclaré le réalisateur à la Mostra de Venise. Un grand film réalisé par Benjamin Voisin (nominé aux César pour son travail à l’été 85 de François Ozon), Vincent Lacoste, Cécile de France, Xavier Dolan et Gérard Depardieu.

Venom : accepter la mort

Un méchant nommé Carnage. Dans cette suite de Venom, un succès au cinéma il y a trois ans, même si les critiques n’étaient pas très bonnes, Woody Harrelson présente le symbiote de Marvel, l’ennemi du monde Spider-Man, qui a repris les traits du tueur en série Cletus Kasady. Cet extraterrestre aux super pouvoirs sera traqué par un journaliste d’investigation aux pouvoirs incroyables incarné par Tom Hardy. Le Britannique devrait entrer dans le prochain James Bond, reprendre son rôle et également signer une partie du scénario pour la première fois, bien qu’il en soit le producteur.

Si Venom est “comme un quart-arrière ou un joueur de rugby avec un corps de Néandertal, explique Andy Serkis au cinéaste, Carnage est un métamorphe, asymétrique, avec des tentacules plus fins (qui) peuvent changer les choses la guerre de différentes manières”. Un face-à-face entre deux forces de la nature qui promet des scènes d’action et de conflit. Retardé plusieurs fois en raison de problèmes de santé, Venom: Let There Be Carnage a battu un record au box-office américain, rapportant plus de 90 millions de dollars à sa sortie.

Tout le monde nous a souri

Lauréat de la 23e édition du Festival de l’Alpe d’Huez, Tout nous sourit, qui a reçu deux prix de traduction Elsa Zylberstein et Stéphane de Groodt, dresse le portrait d’un couple bourgeois volant aux limites de l’incrédulité. Audrey et Jérôme semblent passer leurs journées avec bonheur entre fêtes entre amis, temps en famille avec leurs trois enfants, et un travail qui les intéresse.

Jusqu’à ce week-end ils se retrouvent inconscients dans leur maison de campagne avec leurs proches. Chacun doit jongler pour sauver la face, tout en évitant les coups et les chocs de ses proches. C’est une comédie vaudevillienne avec des intrigues qui se déplacent en douceur dans le drame et font passer le spectateur du rire aux larmes.

Leave a Comment

%d bloggers like this: