Implémentation – Pascal Marmet – critique de livre

Sommaire: Un avocat a été tué dans les sous-sols du Palais de Justice. Le commandant François Chanel a mené l’enquête au cœur de la forteresse parisienne.

important: Le livre de Pascal Marmet s’ouvre sur une visite de touristes alsaciens à la cour de Paris. C’est à cette création historique que travaille François Chanel. Ce solitaire hautement charismatique et réfléchi a traversé de nombreuses épreuves. Dans sa carrière de mannequin, il a fait face à des affaires très médiatisées. De son côté, le célèbre Nicolas Fender se prépare. Séduit par les prisonnières des “filles”, le lecteur y voit les caractéristiques et les déviations de l’avocat. Plutôt que de cacher le tueur, l’auteur prend le risque de découvrir le lieu de travail. Les détails y sont soigneusement recueillis, afin de semer la confusion et d’introduire une atmosphère de mystère. C’est une relation réussie, parce que le lecteur aime ça.

Bien sûr, François Chanel n’était pas le seul à se tromper d’entreprise. Avec Alain, il possède une carte unique pour mettre la main sur le criminel. Alain a immédiatement accusé la famille Fragol, qui aurait tué le grand-père avec le racisme comme mobile. Une revanche, une « vendetta » tenue à huis clos. Ses soupçons étaient fondés : le sens de cette « connaissance acquise » était plus que la connaissance. Entre les visions et la mise au point, le style d’Alain est impressionnant. En revanche, son apparence n’a rien d’étonnant : Monsieur n’est ni bon ni très bon. Cependant, ses paroles ont fait mouche et ont permis au groupe de grandir. Malgré les sentiments initiaux et les préjugés de la part de l’entreprise, Chanel choisit un entourage atypique. Il n’hésite pas à lui proposer un rôle d’informateur, et elle accepte. Compassion et souci de résoudre le mystère de l’avocat assassiné, il ne manque pas de courage pour faire avancer le procès, même s’il doit user de méthodes particulières. Dans ses autres scènes, Alain voit le visage d’une femme très homosexuelle, et le nom du navire… Il semble critiquer l’attitude souvent misogyne de la police et de la justice, l’auteur n’hésitant pas à lui écrire des épisodes. en fait, ce sont des subordonnés directs, signalés par le poste de police. Citons, par exemple, la sage Domitille de Darmoy, un jeune homme intelligent et vif, qui fait preuve d’un grand savoir.

Certains vers soulèveront les cœurs les plus sérieux, surtout les exemples de torture. Car le lecteur est connecté à la folie de celui qui a ôté la vie à l’avocat. Dans ces flashbacks, on découvre un autre aspect de cette victime, jusqu’alors insoupçonnable. Alors, un comportement dégoûtant apparaît, et on peut presque sympathiser avec son agresseur !

Dans cette plongée au cœur de la névrose et de l’obsession, l’ombre d’Emma Bovary n’est pas loin. Pour ceux qui aiment la littérature ancienne, ce clin d’oeil fonctionne. Les amoureux de ce monument se souviennent de l’histoire d’Emma, ​​cette jeune femme rêveuse de la campagne qui a épousé Charles, un homme qu’elle n’aimait pas. Frivole et décadent, il mène une double vie, où il se fait passer pour un saint. Dans un accès de folie, l’héroïne se suicide, abandonnant son veuf, elle se rend compte qu’elle a été trompée. Le mensonge et la promiscuité sont des exemples que l’on peut citer Nicolas Fender. Ce fétichiste de Bovary est un maître de l’humiliation et n’attend pas l’approbation de ses maîtresses ou prostituées préférées…

Le lecteur peut facilement imaginer les images, comme s’il était dans une salle de cinéma, surtout charismatique et romantique comme Chanel ou comme Fatima. Acteurs et actrices discutent, développent une histoire troublante et collaborent. Dans cette histoire d’horreur où il est difficile d’avancer, des nuages ​​planent au sommet. Mais dès que vous atteignez le sommet, vous ressentez un profond sentiment de satisfaction. Cette expérience ne sera pas oubliée et vous pourrez passer un bon moment en compagnie de ces protagonistes intéressants. Mise en œuvre une plongée au coeur de la puanteur, là où la légende se rencontre.


204 pages – 16,80 € (broché) – 8,99 € (kindle)

.

Leave a Comment

%d bloggers like this: