Jacques Legros n’est pas ami avec Jean-Pierre Pernaut : il fait des signalements anonymes sur leur « relation étroite »

Depuis de nombreuses années, Jacques Legros est l’humoriste fidèle de Jean-Pierre Pernaut au JT de TF1. Lorsque les vacances d’été sont arrivées, le journaliste a pris le contrôle du journal à 13 heures. Le chroniqueur d’aujourd’hui est pour un nouveau livre. En fait, il a décidé de vérifier sa longue carrière avec Dans les coulisses : 40 ans au cœur des médias, paraîtra le 5 octobre prochain aux Éditions du Rocher. Et à travers ses pages, Jacques Legros a été contraint de ressusciter Jean-Pierre Pernaut, décédé en mars dernier.

À ce stade, nous apprenons que tout ne va pas bien entre ces deux experts. “Le fait qu’il soit comédien depuis 24 ans sans un seul conflit éditorial est une source de fierté. Mais je sais que Il a eu la gentillesse de commenter mon journal. Il ne m’a jamais parlé directement. Les éditeurs ont pu résoudre les problèmes. Sauf un…“, écrit Jacques Legros dans une traduction Télévision de divertissement peut être trouvé.

En 2020, lors du premier enregistrement, l’assassin de Jean-Pierre Pernaut avait failli disparaître. “Nous avons donc installé un mini-studio chez lui. Mais il veut garder la position de leader et demander plus que nécessaire à l’équipe. (…) Quant à moi, je ne sais pas de quoi il parle. Il ne veut pas partager. Il voulait dominer toute la presse. (…) Je commençais à pomper, jusqu’au jour où je suis tombé en panne, j’ai rassemblé mes affaires et je suis retourné au parking. et ma voiture. S’il veut faire un journal pour moi, il viendra le faire ! (…) J’ai appris plus tard avec ce mini-studio à la maison, ce n’est pas la Chronique d’un confiné Ce qu’il avait l’intention de faire, mais tout le journal, son amour, sa passion, son truc, sa vie. Je suis de retour, bien sûr…“, se souvient-il dans son livre.

Nous ne sommes ni amis ni ennemis

C’est un court chapitre qui ne brosse pas le tableau le plus flatteur du légendaire JPP. Mais Jacques Legros en avait l’idée complète. “Nous ne sommes pas amis, mais nous ne sommes pas ennemis. Permettez-moi de dire que notre relation est plus distante et moins que prévu. Sa vie est rarement chargée. Sauf à la fin, au moment du rendez-vous. Notre relation était difficile. Sans doute sentait-il en lui-même que son voyage se terminerait à 13 heures. Il était dur. Il est malade“, a-t-il expliqué après avoir été contacté par nos confrères.

Jacques Legros estime que ses propos peuvent être mal interprétés par les partisans de l’écrivain décédé mais, dans son œuvre, il dit qu’il ne veut que “dire la vérité“.”Sa vision du monde est unique. Mais comme toute autre espèce, il a ses forces et ses faiblesses. Peut-être que quelqu’un voulait que je sois facile…“, il a accepté.

Leave a Comment

%d bloggers like this: