La dernière endométriose dans la première

L’adaptation de la mini-série du livre de Sally Rooney, dont les quatre derniers épisodes ont été diffusés le vendredi 8 septembre sur Canal+, mettra enfin les images dans une maladie quasiment invisible depuis les écrans, mais qui touche une femme sur dix.

“Avez-vous entendu parler de l’endométriose, Frances ?” » Le verdict tombe comme une coupure. Après le monologue clinique d’une minute à couper le souffle de la jeune héroïne de Discuter avec des amis : « C’est une maladie où les cellules se développent à l’extérieur de l’utérus. Ces sites ne sont pas infectés. Mais l’endométriose est difficile, difficile à diagnostiquer, et il n’y a pas de véritable remède. C’est normal. Une femme sur dix est concernée. Cela peut être fait, mais seulement pour les cas extrêmes. »

Il faut attendre la dernière partie de Discuter avec des amis, mini-série coproduite par Hulu et adaptée du roman original de Sally Rooney (plus tard Les gens ordinaires, sur StarzPlay), montrera ce qui a toujours troublé la vie d’une des jeunes héroïnes au centre de ce quatuor sentimental. : endométriose (“endométriose”, En anglais). La maladie, à la fois torture et salvatrice, est autant pour Frances (Alison Oliver) que pour le spectateur. Lorsque la jeune femme reçoit cette nouvelle, elle a du mal à la digérer – elle ne l’explique pas à sa mère, argumentant facilement. “les pires moments”, on respire, on se repose. Une dernière histoire mettra en lumière, en mots et en images, une maladie qui n’a pas été montrée dans l’histoire (pour ne pas dire), et pourtant, aujourd’hui, c’est environ une et deux personnes sur dix qui ont leurs règles.

De la partie 1, la période des menstruations et les problèmes négatifs sous leur forme naturelle. Frances était belle, son visage appuyé sur le côté de la poignée. Tôt le matin, il s’est réveillé allongé sur le sol de la salle de bain, la tête près de la cuvette des toilettes. De mois en mois, de chaque section – les schémas reviendront avec un rythme normal – les symptômes augmenteront. Frances a vomi, saigné abondamment (sang rouge, pleine de culotte et de jeans), s’est évanouie dans la rue. “Pas normal”, dit sa mère, qui l’a accompagnée à l’hôpital après que la jeune femme l’ait appelée à l’aide, les yeux remplis de peur. Non, ce n’est pas normal, et les médecins peinent encore à le diagnostiquer : ce n’est pas une fausse couche. “pas de fibrome, pas de kyste” Pas plus. Et les résultats de l’échographie qu’il a passée dans une autre clinique, à Dublin, ont pris trop de temps.

Non-dit et non-dit

Dans l’univers de la série, l’endométriose est toujours au second plan. Lorsque les acteurs et les réalisateurs parlent de leur situation, ils réduisent (ou réduisent) leurs personnages. L’Américaine Lena Dunham, créatrice La fille, une pionnière lorsqu’il a été largement révélé en 2016 qu’elle souffrait d’endométriose à un point d’échec dans son travail dans la saison 6. En France, l’actrice est Laëtitia Milot. (La vie est plus belle), qui est la société mère d’EndoFrance. Mais les petites tentatives de l’histoire découragent : à la télévision en 2021, le feuilleton de TF1. Ici pour commencer il a été raconté en larmes dans l’épisode 249, sans suite.

Parle à un amis, Il n’a pas nommé la maladie. Il montre la douleur et son impact sur la vie quotidienne – bien que Frances ne soit admise à aucun moment de son cycle, cela peut être le cas de manière importante. Surtout, l’écrivaine Alice Birch et le réalisateur Lenny Abrahamson montrent les progrès de la médecine par rapport à cette pathologie, qui fait beaucoup parler d’elle dans les médias depuis l’année 2015 – en général, l’endométriose a été diagnostiquée avec un retard de sept ans par rapport à à la précédente. symbole. Fait avec précision et simplicité, aux côtés de la romance entre les quatre protagonistes, l’endométriose que Frances a finalement révélée à Nick à la toute fin de la série – la seule fois où elle a prononcé le mot – nous recommande également de reconsidérer le choix de la jeune femme concernant la maladie. Et le travail Discuter avec des amis C’est plus difficile que prévu.


Avoir
pp
Discuter avec des amis, épisodes 9 à 12/12, UK/USA/Irlande, 4 x 26 min. Les jeudis à 21h00 sur Canal+ et MyCanal.

Leave a Comment

%d bloggers like this: