La lointaine lueur des étoiles – Les secrets d’écriture de Laura Lam – ActuSF

De même que La lumière des étoiles lointaine, Laura Lam vous invite à découvrir un monde où le monde est sur le point de s’effondrer. Son salut ? Rejoignez une exoplanète appropriée pour établir une colonie.
Et pour fêter sa sortie aujourd’hui, aux éditions Actusf, l’auteur se remet à écrire ce livre.

Actusf : Peux-tu nous parler un peu de toi pour tes lecteurs français ?

Laure Lam : Je suis un écrivain de Californie, mais j’ai déménagé en Écosse quand j’avais 21 ans parce que j’ai rencontré mon mari en ligne. Nous sommes proches des livres, les livres de Robin Hobb ! J’aime écrire entre les sciences littéraires et le spectre créatif, et je suis à la tête du programme Creative Writing MA à l’Université Napier d’Édimbourg. J’ai très peu de compétences pratiques, mais une excellente attitude.

Actusf : Qu’est-ce qui vous a donné envie de prendre la plume ?

Laure Lam : Comme beaucoup d’écrivains, j’étais un lecteur assidu quand j’étais enfant. Nous avons beaucoup déménagé et j’étais le petit nouveau à l’école, donc la bibliothèque était mon premier ami, plutôt important. En lisant tous les genres, je me suis dirigé vers la section SFFF. Mon rêve était d’écrire dès que j’ai réalisé que c’était un métier que les gens faisaient, et j’ai été surprise de réaliser mes livres publiés, parfois dans d’autres langues ! C’est toujours çaC’est fou pour moi que vous puissiez imaginer un monde, le mettre sur papier, et que quelqu’un le voit et que vous commenciez à en rêver. monde, mais différent avec quelques détails que je ne pouvais pas. Le même monde mais pas le même monde. C’est magique.

Actusf : Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le design pour ceux qui veulent savoir ?

Laure Lam : La lumière des étoiles lointaine raconte l’histoire de cinq femmes qui détournent un vaisseau spatial pour se rendre sur une planète exosolaire afin de sauver la Terre mourante. Mais il s’avère que certains secrets à bord peuvent menacer tout le monde. Je dis souvent que c’est comme vos parties préférées des films d’astronautes, mais sous forme de livre. Les sujets incluent le changement climatique, le genre, et je pense que vtrès mal de prédire l’avenir quand j’ai écrit en 2019 (Un exemple est la grippe et l’amendement Roe v Wade a été annulé aux États-Unis. [amendement rendant l’avortement inconstitutionnel, aujourd’hui annulé – ndlt] (même si c’était des années plus tard que dans la vraie vie.)

Actusf : Valérie Black est une femme forte. Comment avez-vous agi avec lui et son équipe ? Qui parmi l’équipage admirez-vous le plus ?

Laure Lam : Valérie est un personnage intéressant à écrire, car je pense que beaucoup de gens s’identifient à elle et à ce qu’elle veut et se sentent ensuite un peu mal. Je comprends à nouveau Naomi, même si je ne peux pas m’occuper des plantes quand elle est vivante. Je pense qu’il réagit au temps comme je le ferais si j’étais là-haut. J’ai vraiment aimé travailler avec ces cinq femmes sur ce vaisseau, et avec Evan sur Terre.

Actusf : Il y a des parallèles avec notre situation politique actuelle, du climat à l’économie. Comme Valérie, pensez-vous que l’écart est la fin ou pas ? Pourquoi ?

Laure Lam : Mon esprit oscille entre ces deux-là. Je pense qu’il serait logique que nous examinions d’abord le changement climatique, puis que nous allions dans l’espace. Dans le même temps, la science spatiale a souvent fait des avancées scientifiques qui finissent par aider les gens à retourner sur Terre. Je pense qu’il faut taxer les milliardaires comme Valérie. Personne n’a besoin d’autant de richesse. Le capitalisme tardif ne va pas si bien pour 99% d’entre nous.

Actusf : Tu as envie de parler d’autres choses avant notre avenir avec ce livre ? Je pense à maman.

Laure Lam : La maternité est un sujet que je n’ai pas évité dans mon travail jusqu’à présent, car je vois les émotions difficiles qui m’entourent. J’ai transmis certains de ces sentiments à Naomi. En anglais, le nom est ” boucle d’or “tel que” La section Boucles d’or ce que j’ai appris boucle d’or en français, donc pas une traduction exacte. Mais dans l’histoire, Boucle d’or essaie toujours de s’assurer que la bouillie n’est ni chaude ni froide, et c’est la même chose pour de nombreuses femmes de l’entreprise. Soyez créatif mais humble. Plus mais pas assez. Vous êtes jugé si vous avez des enfants, jugé si vous n’en avez pas. La société a parcouru un long chemin, mais nous assistons actuellement à une résurgence de la misogynie et à la revendication des droits à la liberté de notre corps. C’est une préoccupation.

Actusf : Avec Distant Starlight, vous combinez science-fiction et thriller. Est-ce difficile de combiner les deux ? Quels sont les problèmes, les plaisirs ?

Laure Lam : J’ai écrit quelques thrillers se déroulant dans le futur – j’aime vraiment utiliser l’intrigue criminelle comme pilote dans le futur. Il suit également le rythme. Les défis sont liés à l’action mondiale d’une manière qui ne ralentit pas le rythme, mais le plaisir, c’est quand tout s’enchaîne, espérons-le, et que le lecteur tourne les pages et reste debout toute la nuit pour terminer la lecture.

Actusf : Quelles ont été vos inspirations pour écrire Distant Starlight ? Andy Weir est-il le seul sur Mars ?

Laure Lam : Un de mes films préféré Triste, une grande puissance. je l’aime aussi Uniquement sur Mars et la majeure partie de l’histoireInterstellaire (j’avoue que le résultat est perdu pour moi). J’ai vu beaucoup de films d’astronautes, une seule femme astronaute, ou plus tard. Ou peut-être êtes-vous la femme de l’astronaute qui a vécu sur Terre ? Liv Tyler a joué ce rôle non pas une fois mais deux ! Quelqu’un envoie quelqu’un joué par Liv Tyler dans les airs !! Je voulais mettre en avant des femmes astronautes et les mettre au centre de ce livre.

Actusf : Qu’est-ce que ça fait de voir votre travail traduit dans d’autres langues ?

Laure Lam : C’est toujours un honneur de traduire dans d’autres langues, et en français car j’ai étudié cette langue pendant six ans et j’ai essayé de la maîtriser. Je comprends bien le français, mais je ne sais pas parler correctement car je n’ai pas le temps. Je suis souvent gêné et j’ai peur que ma voix sonne mal. Un de mes livres précédents a été traduit en français et je l’ai lu ! J’ai eu la chance d’être traduit dans plusieurs autres langues, comme l’italien et l’allemand. C’est agréable de savoir que votre travail peut atteindre des personnes qui parlent différentes langues et que les traducteurs sont formidables. Je veux que mes œuvres soient à nouveau traduites, croisons les doigts ! Un de mes buts et désirs est d’être publié dans une langue sans l’alphabet romain, ce qui serait cool.

Actusf : Quel est votre prochain projet ? Reviendrez-vous un jour à Cavendish ?

Laure Lam : Je travaille actuellement sur deux projets. Un autre est le sentiment épique avec les chiens. Mes trois premiers livres étaient de la fantasy, puis j’ai été attiré par cinq romans de science-fiction. Mais j’ai vraiment envie de me remettre à réfléchir. C’est la malédiction entre le dragon et l’homme. Son nom chute de dragon et sortira en anglais en mai prochain aux États-Unis et au Royaume-Uni.

J’ai récemment commencé un roman de science-fiction très similaire à La lumière des étoiles lointaineen se concentrant sur la lune, et j’espère qu’il sortira en 2024. Je croise les doigts pour que ces projets soient également disponibles dans d’autres langues !

Actusf : Avez-vous des recommandations de livres à partager avec les lecteurs français ? Quels conseils donneriez-vous aux écrivains en herbe ?

Laure Lam : Tout dépend de ce que vous recherchez ! Plus de lectures que j’ai appréciées babel de RF Kuang (fantaisie historique), Mindwalker par Kate Dylan (cyberpunk YA) un Le Trône de Jasmin par Tasha Suri (opinion). C’est un livre de non-fiction que je lis actuellement La Lune : une histoire du futur par Oliver Morton, ce qui est très intéressant.

Pour les écrivains, il n’y a pas de meilleur conseil que de lire beaucoup et d’écrire beaucoup. Essayez différentes choses. N’ayez pas peur quand l’un d’eux ne va pas bien. Écrivez ce que vous voulez lire. Mangez des histoires stupides sur la co-écritureMme Dans la forêt de John Yorke pour vous aider avec le choc’est comme une maison. De nos jours, de nombreux programmes peuvent vous aider à organiser votre projet, tels que Scrivener et Plottr.

Je pense que je vais également libérer mon travail de jour – la maîtrise en création littéraire à l’Université Napier d’Édimbourg. Il s’agit d’un cours en face à face qui couvre des sujets de style, de choix d’histoires, de storyboards, etc. Une version en ligne sera lancée l’année prochaine, pour ceux qui ne peuvent pas déménager en Écosse. Bien sûr, c’est un cours d’anglais, mais c’est une option pour tout écrivain de langue seconde qui souhaite passer une année à améliorer ses compétences de manière solidaire.

Leave a Comment

%d bloggers like this: