“L’Anomalie” d’Hervé Le Tellier, un roman “oulipien” adapté en série télévisée.

avec son journal L’anomalie (Gallimard), Hervé Le Tellier a reçu le Goncourt 2020, reporté cette année pour soutenir les librairies. Dans ce roman de science-fiction à petit budget (le concept verra le jour en 2021 et ressemble beaucoup au nôtre), l’auteur place ses personnages dans une quatrième porte ouverte sur l’espace. , dans un avion secoué par le chaos après une tempête d’une violence sans précédent.

Avec ce récit aux mille pages, mais surtout à l’imaginaire, Hervé Le Tellier donne matière à réflexion au monde, et dresse une galerie de personnes dont la vie est influencée par un événement inattendu comme inexplicable.

L’anomalie C’est aussi comme un hymne à l’Oulipo (Atelier des littératures potentielles), dont Hervé Le Tellier est président depuis 2019. Ce mouvement littéraire a été fondé dans les années 1960 par Raymond Queneau entre autres ensuite, et comptait parmi ses auteurs comme Georges Perec. , Italo Calvino, ou des artistes comme Marcel Duchamps ou Clémentine Mélois, vise à créer une “Documents menacés”l’écrivain oulipien “une souris qui se construit un labyrinthe d’où il entend sortir.”

L’histoire: commencé le 10 mars 2021, sur un vol Air France de Paris à New York. L’avion se retrouve bientôt face à face avec un gros cumulonimbus qui fait descendre l’avion. “plein”. Parmi les passagers figurent Blake, un meurtrier, Slimboy, un musicien nigérian, Joanna, une avocate loyale et loyale, André, un écrivain septuagénaire et son amie Lucie, plus jeune avant lui, David, souffrait d’un cancer. , mais aussi Sophia, une petite fille qui a rejoint sa grenouille et est responsable d’un secret qu’elle a partagé avec son père militaire dans l’armée américaine, ou encore Victor Miesel, un auteur dont le dernier livre s’intitule L’anomalie

L’avion est sorti de ce que le commandant avait appelé “Machine à laver” dès qu’il l’embrasse. “une belle journée” et le silence réapparut, comme par magie. Tout semble être revenu à la normale lorsque l’avion atterrit, et tout le monde s’accroche aux cordes de sa vie. Trois mois plus tard, cependant, les passagers ont remarqué que lors de cet événement météorologique, le moment (le passé) a été pris avec un petit hoquet. Cette “anomalie” va changer leur vie, et le monde, avant qu’ils ne pensent…

Hervé Le Tellier peint avec de petits détails la vie d’une poignée de personnes, et révèle leurs secrets les plus intimes, en les comparant à un événement inconnu, que nous garderons sous silence pour ne pas “montrer”. Ce que l’on peut dire, c’est que ce concept de dessin animé est aussi amusant qu’intéressant, l’auteur sait mettre ses mots devant eux, au propre comme au figuré. .

A travers la galerie d’art, Hervé Le Tellier aborde de nombreux sujets, comme la guerre, la maladie, la violence, les relations amoureuses ou les problèmes environnementaux. Avec cette BD, il s’amuse avec des univers littéraires et des personnages, conduisant comme des images du thriller au fantastique, en passant par la science-fiction, ou le roman d’espionnage.

Cette histoire, écrite comme un scénario pour une série télévisée, C’est un jeu d’action intelligent dont les pièces s’assemblent pour raconter une histoire “surréaliste”. mentir, L’anomalie nous interroge dans la vérité sur notre époque, sur le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, en présentant des hypothèses farfelues : et si le monde s’arrêtait Est-ce juste une simulation informatique géante de gens qui sont des programmes simples, moins intelligents ?

Vivons-nous à une époque qui n’est qu’illusion, où chaque siècle ne dure qu’une fraction de seconde dans les appareils d’un ordinateur géant ? Qu’est-ce que la mort sans une simple “fin” écrite dans une ligne de code ?

Herve Le Tellier

dans l’anomalie

C’est une idée pour donner du temps à l’une des choses, Meredith, scientifique invitée à réfléchir sur l’inexpliqué, pour nous dire ce qu’il pense de l’homme nouveau, ce descendant de Cro-Magnon. “tellement stupide”.

L’anomalie terminer la plus belle page dans le style du calligramme, qui ne fait que condenser le message de ce livre à l’incertitude et à la fragilité du monde, le vrai, comme l’amour.

Hervé Le Tellier, mathématicien de formation et président de l’Oulipo, a marqué un livre qui relève le défi lancé par les adeptes de ce mouvement littéraire. “documents modernes créés sous la contrainte”. Cette histoire oulippienne, enregistrée comme une télévision, pourrait séduire le jury du Goncourt.

L’anomalieHervé Le Tellier (Gallimard – 336 pages – 20 euros)

“Wesley ne regarde pas l’écran, où le Président roule des yeux et poursuit : – La raison est celle-ci : une civilisation hyper-technique peut imiter mille fois plus de “civilisations fase” que le “cerveau pensant”, le mien, toi , est 999 fois sur 1000 du cerveau électrique et 1 fois sur 1000 du cerveau. C’est-à-dire que le “je pense, donc je suis” du Discours de Descartes sur la Méthode est obsolète. C’est plutôt : “je pense, donc j’étais presque certainement un programme. Descartes 2.0, pour reprendre une formule d’un topologue du groupe. Vous me suivez, Monsieur le Président ? Le président n’a pas répondu. Wesley le regarda, l’air dur et en colère, et termina :
– Vous savez, M. Président, j’ai vu cette hypothèse jusqu’ici, j’ai estimé une chance sur dix que notre existence ne soit qu’un programme sur un disque dur. Avec cette “anomalie”, je comprends. Cela explique aussi le paradoxe de Fermi : si on ne voit pas d’extraterrestres, c’est parce que dans notre simulation, leur vie n’est pas organisée. Je pense que nous sommes face à une situation de test. Pour aller plus loin, car on peut considérer l’idée des projets que la simulation nous donne dans ce rapport. Et nous avons intérêt à progresser, ou à en faire quelque chose d’intéressant. – Et pourquoi? dit Silveria.
“Parce que si nous échouons, les responsables de cette simulation peuvent tout détruire.” (L’anomaliepages 169)

Leave a Comment

%d bloggers like this: