L’artiste Clémentine Mélois est fascinée par l’enregistrement de ses aventures.

Il s’est fait un nom avec ses adaptations de titres de grands romans, rassemblés dans son livre. Cent droits, (Grasset, 2014). C’est son troisième livre, avec un titre prophétique Dehors, la tempête, publié le 3 mars 2020 aux éditions Grasset, avant l’arrivée de la crise sanitaire du coronavirus en France. Il accorde un respect personnel à la littérature. Aujourd’hui, cette reine du détournement est fortement influencée par l’actualité et le confinement, imposé pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

>> Coronavirus : suivez l’évolution du virus en France de notre vivant

Clémentine Mélois publie quotidiennement sur Internet des photos de montage où il vole des titres de livres, comme il le fait habituellement, pas seulement. Ça a commencé le 16 mars 2020, jour 1 de l’enregistrement, avec cette reprise du roman de Jean Cocteau, Enfants terriblespublié en 1929.

Les photos de Clémentine Mélois sont publiées pour la plupart sans signification, accompagnées d’un mot ou d’un hashtag. L’artiste s’amuse de l’actualité, à l’image de ce titre persuasif, qui moque gentiment les propos du premier discours du 12 mars d’Emmanuel Macron.

Clémentine Mélois ne s’est pas contentée de choisir des titres de livres. Dans Sinon, j’ai oublié, en 2017, il a capturé les graphiques des ventes en magasin. de là, il considérait la vie de ceux qui les écrivaient. Depuis le 16 mars, il s’est produit avec divers médias, écrans de télévision, pays, emballages ou couvertures.

L’artiste, qui s’est amusé à peindre des plats bretons, ou en 2015 “cirés” L’origine du mondede Courbet, propose un “point capillaire” montrant un Laurent Delahousse dépourvu de cheveux.

Avec ces exercices, Clémentine Mélois réveille nos angoisses, comble notre besoin de légèreté ou notre envie d’évasion.

Mon travail mêle mots et images et prend, à partir d’idées, la forme d’images, de photomontages, d’objets, de textes ou de livres. Je joue avec des références et des codes communs, cherchant à créer une relation de proximité avec le spectateur ou le lecteur qui partage ces références”. Il décrit l’artiste dans une interview sur le site ActuaLitté en 2017.

Des petites bulles d’humour se retrouvent dans son histoire et les chansons signées Clémentine Mélois TwitterFacebook et Instagram

Leave a Comment

%d bloggers like this: