L’assurance-chômage, une réforme bien bête quand le FMI s’en mêle !

Comme vous le savez, le gouvernement travaille à réformer l’assurance-chômage qui peut modifier la durée de versement.

En dessous de 9% de taux de chômage, la durée de salaire sera réduite de 25% désormais. Autrement dit, de 24 mois de chômage, on passera à 18 mois de salaire. Cette petite différence peut être considérée comme forçant les gens à travailler 6 mois plus tôt ou 6 mois plus tôt que la période de paie de 24 mois. Local.

Mauvaise édition ?

Non.

Pourquoi ?

Car nous ne dépendons pas du montant du paiement mais de sa durée.

18 mois, c’est plus que trouver un emploi, surtout s’il y en a un, ce qui est le cas aujourd’hui.

On peut discuter du seuil utilisé (9%) et on peut baisser ce seuil par exemple à 7 ou 8%, mais vous me verrez toujours du côté du travail, du travail et du travail.

Je veux le droit de travailler. Pas d’aide, mais le travail vaut mieux pour tout le monde que l’aide (selon l’état de santé).

Le FMI est prêt à attaquer notre pays et son administration.

Le FMI veut que la France rétrécisse

Le FMI estime qu’il est temps d’en finir avec les “besoins”.

La France doit commencer à retrouver une forme raisonnable dans la courbe de son budget national et, pour cela, mettre en place des réformes qui garantissent la réduction des dépenses à long terme, indique le FMI dans un rapport à paraître lundi. Une coïncidence du calendrier qui tombait bien, alors que le ministre du Travail, Olivier Dussopt, présentait les nouvelles règles de l’assurance-chômage.

Car pour la communauté internationale, cette réforme devrait vraiment contribuer à améliorer la situation. “L’introduction de la contre-cyclicité des allocations de chômage en ajustant l’éligibilité et/ou la durée des allocations en fonction des conditions du marché du travail (…) encouragera le marché du travail tout en économisant de l’argent”, indique le rapport. Cette évolution – principalement d’ailleurs – n’est pas seulement ce que le FMI a dit. En tête de liste, la réforme des retraites. Une “réforme globale est nécessaire pour améliorer le taux d’activité des travailleurs âgés en augmentant l’âge effectif de départ à la retraite, en améliorant l’efficacité et la pérennité du système, tout en tenant compte des conditions de détail”, s’impose le rapport, comme chaque année. Il a également mentionné, comme moyen d’économiser de l’argent, la réduction des échappatoires fiscales.

Et le rapport du FMI continue d’expliquer les réformes, qui comprennent les économies que nous devons faire.

Donc vous n’aimez pas le FMI (moi aussi), mais la vérité et les faits sont durs.

La vérité est que nous faisons quelque chose et que nous dirigeons notre pays.

L’aide n’aide pas.

J’ai grandi dans un monde, celui des années 80 et 90 où le RSA n’existait pas !

Oui, tu l’as bien lu.

RSA n’est pas disponible. J’ai vu Michel Rocard, le Premier ministre de l’époque, le mettre en place. On était en 1992 de mémoire et ça s’appelait RMI. Petit complément de revenu.

À l’époque, il y avait beaucoup moins de sans-abri qu’aujourd’hui. Nous n’avons pas de bidonvilles à Paris et encore moins des villages de tentes avec des milliers de pauvres vivant sous les étoiles dans le langage politique correct pour dire « dans la rue ».

Charles SANNAT

“Ceci est un article ‘presslib’, ce qui signifie qu’il n’y a pas de répétition en tout ou en partie si ce paragraphe est répété après. Insolentiae.com est le site internet sur lequel Charles Sannat se présente chaque jour et propose une analyse impartiale et non polémique de l’actualité économique. Merci d’avoir visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la newsletter quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Le Figaro.fr ici

Leave a Comment

%d bloggers like this: