Le monde se demande comment rendre nos rues aux enfants qui n’y marchent pas seuls…

On parle d’enfants…

Qui manque, nous dit Le Monde, des rues de nos villes, je veux dire seulement les enfants dans les rues marchant qui allaient à l’école couraient jouer avec sans parents, mais maintenant les enfants ne sortiront plus seuls, ce n’est pas nécessaire . il suffit de rester dans la rue et de conseiller le ministre de l’Intérieur dans son domaine… D’accord. 97% des élèves du primaire des villes marchent pour se rendre à l’école, 77% des étudiants universitaires… Alors le Monde pense à cette perte, avec un éducateur, Thierry Paquot, un homme politique, Clément Rivière, un psychologue, Serge O Tisseron, et une artiste, Anne-Marie Rodenas, qui a fondé un restaurant pour enfants à Paris, Cafézoïde, où les enfants jusqu’à 16 abdos peuvent venir comme ils veulent…

Et leur conversation est intéressante, il raconte les restrictions réconfortantes, la nouvelle ère et la peur qui nous a amené… Avec le smartphone, les enfants voient leurs amis, sans sortir de leur chambre, avec la délinquance et la promotion de la pédophilie commettre un crime pour laisser sortir les enfants, au risque de les voir devenir dangereux pas de racaille… presque dire aux gosses, si t’as des ennuis, tu vas dans un magasin… Les gosses ne sortent plus. , quand ils vont passer d’une écurie – la maison – à un autre sport ou au conservatoire… Alors nos experts dans le monde réfléchissent comment remettre les enfants sur la route, comment remettre les routes en route. les enfants, nous devons tout repenser et le faire. Anne-Marie Rodenas se souvient avoir laissé sa fille prendre le bus seule à 8 ans pour aller peindre. Je peux le remercier pour cette confiance !

Dans le Point, j’ai également lu qu’il fallait faire confiance aux enfants, et donc, un quadragénaire se souvient que lorsqu’il avait treize ans, son père l’a envoyé seul en Allemagne, dans l’avion, faire la course – ça vaut le coup. Autre mesure avant de vendre du pain au coin de la rue, mais on parle ici d’une famille royale, le Qatar, dont l’émir cheikh Tamin ben Hamad al Thani, explique Point comment, pour rendre autonome, son père, émir lui-même, lui a envoyé pour trouver et vendre du matériel de sport… Et cette histoire est la plus belle de l’interview exclusive d’une personne Bad avec plaisir et de bonnes intentions, et la lecture semble être à côté de la plaque…

Dans Society, vous lirez et verrez des cercueils, qui ramènent au Népal des travailleurs morts au Qatar et dans d’autres pays du Golfe, de différentes sources, voyez celui de Kripal, qui a 38 ans lorsqu’il s’est effondré au Qatar, officiellement du dernier cœur. En février, il en est parti à 27 ans pour élever sa famille et n’y est revenu qu’à trois ans. Quand les hommes meurent au loin, les enfants du Népal pauvre sont immédiatement retirés de l’école pour les mettre au travail, afin que la famille ne survive pas… L’esclavage… vous voulez ajouter ces histoires avec nos enfants gardés ou l’agréable conversation de l’émir, certains se trompent.

On parle aussi de la chute.

Un automne ordinaire, un soir d’hiver, était sombre le 6 février 2021, lorsque Stéphanie Vietti, secrétaire à la santé, est tombée dans un trou du jardin de sa copropriété. Il avait mal partout, il prenait du paracétamol, le lendemain son médecin ordonna une radiographie de son gros orteil… Le 26 février, en cabinet physique, Stéphanie se fait opérer d’une déformation de son orteil, elle est mise en place. plaque d’acier, il est rentré chez lui…

Et on le voit chez lui, 19 mois plus tard, libre, épuisé, disloqué avec la jambe prise dans une large ceinture, attaché à un cathéter lui déversant un cocktail de médicaments de traitement… Et pour le handicap, coupé ou condamné à porter une chaussure orthopédique à vie, après la huitième opération prévue à la fin de ce mois. Oui, huit coupes pour une goutte. Au cours de 19 mois, nous avons vidé le pus de la jambe de Stéphanie, scotché et refixé son os, inséré et refixé une plaque de titane, l’avons remplie de morphine et de médicaments, il s’est tordu la jambe dans l’eau glacée, suppliant d’être amputé. , arrive.

Dans son premier travail, le dangereux staphylocoque doré s’est glissé en lui, celui qui a tué Guillaume Depardieu, dit-il, et le staphylocoque a mangé ses os et brisé les plaques de titane. Il a un avocat, on demandera un jour, on réfléchira au désastre qui tombera près de nous.

Le Figaro parle d’une jeune mariée nommée Liseby Elysé, qui a perdu son enfant à naître le 27 avril 1973, lorsque l’armée britannique l’a chassée de chez lui, lui permettant de porter un simple sac avant de traverser l’océan Indien – lui et tous les autres . Les îles Chagos, une petite île qui a été séparée par le Royaume-Uni de Maurice dans les années 1960 pour en faire une base militaire pour l’ami américain… Cette histoire est devenue la base d’un livre et d’une performance, écrite et parlée sur scène . par l’avocat international Philip Sands, qui a fait appel devant la Cour suprême de La Haye contre son pays. Il n’y a pas qu’au Népal et au Qatar que les gens sont torturés, ils ne se disputent pas parfois. Liseby elysé, plus jeune, est un portrait de feu la reine Elizabeth chez elle.

Sur le site parisien j’ai trouvé que les employés de la maison de l’ex-prince Charles recevaient leurs lettres pour la possibilité d’annulation, alors que Charles était le roi. Ainsi, la mort de la reine s’accompagne d’une tragédie.

On parle d’un combat…

Ce qui a conduit il y a trente ans à un groupe politique appelé Philippe Seguin, le héros du journal Marianne, qui se souvient de la division de la France en 1992 dans le traité de Maastricht, confirmé par référendum et qui a donné naissance à notre Union européenne mais c’était un piège. dit Marianne. C’est un très bon document d’un journal de combat, donc Maastricht est la source de nos maladies. Nous lisons de vieux dictons de Seguin, qui ne sont pas de ce monde ; il a dit : “Attention : lorsque le nationalisme est ignoré, il ouvre la voie à des actes de gouvernement violents et à toutes sortes d’extrémismes !” »

Dans le monde vous lirez comment on change le monde ou on dit changer, sans politique. Le fondateur de Patagonia, Yvon Choignard, 83 ans, donne du style à son entreprise, le monde dit qu’il en sera l’unique actionnaire. La Patagonie sera gouvernée par des conseils d’anciens qui orienteront ses unités vers des initiatives environnementales.

Leave a Comment

%d bloggers like this: