Les Quatre Saisons de Vivaldi recomposées par Max Richter

Plus de détails

Max Richter (né en 1966) : Les nouvelles quatre saisons de Vivaldi recomposées. Elena Urioste, violon; Chine! Orchestre. 1 CD Deutsche Grammophon. Enregistré les 29 et 30 novembre 2021 au Studio Richter Mahr, Oxfordshire. Manuel de 16 pages en anglais. Durée : 40:02

En 1992, Le compositeur revisite Antonio Vivaldi. Dix ans plus tard, Max Richter retrouve Max Richter dans une nouvelle version de son quatre saisons, cette fois sur des instruments classiques.

La première fois que le nom de Max Richter a été écrit dans notre mémoire, c’était au cinéma : sa musique glassienne pour Valse avec Bashir Lui, en compagnie de Bach et Schubert, est un succès au regard du film bouleversant d’Ari Folman, qui n’a pas quitté le festival de Cannes 2008. Quatre ans plus tard, DG publie : Les Quatre Saisons ont été recomposées par Max Richter Vivaldi. Une histoire qui a rapidement trouvé son public, qui compte parmi les plus rapides adeptes du genre musical.

Il est destiné à réentendre avec de nouvelles oreilles une œuvre qui a été beaucoup pratiquée par les ascenseurs, les répondeurs et les centres commerciaux du monde entier, l’interprétation du jeune compositeur allemand est encore meilleure que ce qui a été tenté depuis les années 1980, dans le manière parfumée. du Giardino Armonico, tous les ensembles baroques du monde. Le pouvoir de Richter n’a rien à voir avec le recyclage de sa boîte à rythmes 40e de Mozart par Waldo de los Rios à la fin des années 1960. Avec un profond amour du travail, mais avec un affolant de libertés (ouverture sur le célèbre thème de Le printemps), Richter a voulu réaliser son talent en dirigeant l’oreille de l’auditeur vers des merveilles cachées. Une manière résumée par le credo qu’il a dit aujourd’hui : ” Faire c’est voir des choses que tu ne vois pas là “. Le trait le plus caractéristique de sa démarche est ce doute Poids 1 avec ses détails changeants il capte le mouvement et devient une véritable machine à danser. Richter ne voit pas tous les problèmes en même temps (Classe 2 un Hiver 2 ne se démarque pas vraiment des sources originales) mais l’amateur de l’ouvrage ne peut que donner face à la science de la relecture, depuis dix ans, rencontrée avec le plus grand succès dans les concerts et au cinéma : La danse, fausse perte

Au Konzerthaus Kammerorchester Berlin et Daniel Hope de la première version répondent avec un égal succès, dans la seconde (baptisée, elle est sous le label DG : Les Quatre Saisons nouvellement composées de Vivaldi) instruments d’époque de Chine ! Orchestre soufflé par le violon avec la musique d’Elena Urioste. Chine! Orchestra est une compagnie britannique née à Londres en 2015, mais c’est surtout “le premier orchestre professionnel en Europe qui s’est donné pour mission originelle de répandre la diversité dans l’interprétation orchestrale de son peuple”. Un autre “vieux” truc remonté, sous les doigts de Max Richter, c’est un Moog des années 70 (le synthétiseur de première génération et “ Stradivarius des synthétiseurs “, montre le compositeur) pour remuer la profondeur de ses strates sur le Koyaanisqatsi. Nous pensons que, plus que l’ancienne version, la nouvelle version mettra la harpe en avant Source 1 un Popularité 1), comme ça, en 2021, à Besançon, l’Orchestre Victor Hugo où ce dernier s’est fait entendre dans tous les numéros. Donc le synthétiseur est le gagnant, allez Source 0, de cette nouvelle version, le reste des changements sont liés aux détails et à l’augmentation de l’amplitude de l’enregistrement. Le plaisir d’écouter ne s’arrête jamais.

(Visité 77 fois, 80 visites aujourd’hui)

Plus de détails

Max Richter (né en 1966) : Les nouvelles quatre saisons de Vivaldi recomposées. Elena Urioste, violon; Chine! Orchestre. 1 CD Deutsche Grammophon. Enregistré les 29 et 30 novembre 2021 au Studio Richter Mahr, Oxfordshire. Manuel de 16 pages en anglais. Durée : 40:02

Mots clés pour cet article

Leave a Comment

%d bloggers like this: