“Les six fonctions de la parole”, un roman graphique qui “tient le jeu” – rts.ch

Dans le roman graphique “Les six fonctions du langage”, l’artiste Clémentine Mélois allie l’esthétique des années 1970 et le langage d’aujourd’hui pour le résultat final.

Nos tics de langage aujourd’hui, le “basique”, “au niveau de”, “on va”, “j’ai envie de dire” ou “fuck the game” dans la bouche des mots des contes- figures brésiliennes des années 1960 et Années 1970, rouflaquettes aux oreilles et pieds d’ivoire aux talons, c’est le changement suggéré par Clémentine Mélois dans dix-huit histoires évoquées dans le livre “Les six fonctions du langage”.

Artiste et écrivain, ce n’est pas la première tentative de persuasion de l’auteur. Dans son livre “Cent Titres” (Grasset) paru en 2014, il publie une image d’histoires anciennes. Il est temps de voir “Père et Gay”, de Léon Tolstoï, ou “Mais Si”, de Simenon.

Outre les listes de courses abandonnées, qui ont conduit au livre « Sinon j’oublie » (Grasset, 2017), et les « enseignes autosuffisantes » actuelles, Clémentine Mélois admet que la RTS recueillera « des mots qui n’ont pas été compris quelques il y a des années.” Ces “basilic est un séparateur”, “pour la boussole qu’il faut sur internet” ou encore “il est parti en vacances avec son plan Tinder” sont à la base de l’idée de ce reportage photo.

La couverture du roman graphique “Les Six Fonctions du Langage”, de Clémentine Mélois. Éditions du Seuil [Editions du Seuil]Le conflit est de deux sortes

“Je ne suis pas linguiste”, dit l’écrivain de l’OuLiPo, ce bureau d’écriture qui comprend Raymond Queneau et Georges Perec. Mais les idiomes et les jargons l’amusent et l’amusent. Selon les dessins animés brésiliens des années 1960-1970 : “c’est un genre populaire, dans le meilleur sens du terme. Ce sont des situations archétypales, ce sont les principaux désirs humains : drame, conflit, trahison, amour, énervé”.

La combinaison des deux est délicieuse, même si Clémentine Mélois n’a pas cherché à enchaîner la première période des romans. “J’ai pioché les images qui me convenaient dans ces reportages photos, sans me soucier de la cohérence.

Au final, cette chronique combine le style haut de gamme des années 1960 et 1970, aujourd’hui elle semble bien différente, et le langage actuel de la langue deviendra, un jour prochain. “J’ai fait ça avec beaucoup de liberté. J’ai eu beaucoup de plaisir à faire ce livre. C’était très amusant car quoi de mieux que de faire quelque chose en regardant maintenant?”

Propos recueillis par Pierre Philippe Cadert

Texte et rédaction web : Sébastien Blanc

Clémentine Mélois, “Les six fonctions de la parole”Éditions du Seuil.

Leave a Comment

%d bloggers like this: