“Lost Illusions”, “Marguerite”… bons films et navets à éviter cette semaine

Avoir

fausse perte

Mardi 20 septembre, 21h12, Canal +

Les images imaginées par Balzac prennent vie sur grand écran. Le réalisateur Xavier Giannoli nous emmène dans le Paris du XIXe siècle, sur les pas de Lucien, poète méconnu qui rêve de réussite. C’est juste une critique d’un petit endroit diabolique qui ne cherche que la richesse et la gloire, sur fond de guerre de la presse. Cette fresque historique réussie n’a pas à rougir de son casting. Depardieu est bien placé dans le sulfureux magnat de l’édition et le duo Cécile de France – Benjamin Voisin s’en sort très bien. Un film important qui a remporté 7 Césars dont celui du meilleur film (le seul). N’oubliez pas de passer par le Chaos !

A LIRE AUSSI :Balzac et ses « illusions perdues » : un guide pour comprendre notre temps

Hier soir à Soho

Lundi 19 septembre, 20h58, Canal + Cinéma

Elie a quitté sa grand-mère et son petit village de la campagne anglaise pour espérer réussir comme architecte dans la capitale britannique. Mais à son arrivée, il fut relâché dans le Londres des balancer soixante soixante où de mystérieux meurtres ont eu lieu il y a des années… Un grand thriller britannique, bercé par un son très pop, et porté par le travail de deux grands acteurs, Matt Smith (Dr Nawai et maintenant Maison du Dragon) et Anya Taylor-Joy (connue depuis le Le jeu des femmessur Netflix).

Sept Sœurs

Lundi 19 septembre, 21h09, W9

Des dystopies réussies, une société unique. Sept Sœurs une partie de. Au programme : une plongée dans un monde immense où les gouvernements ont mis en place une politique de l’enfant unique. Les septuplés y sont nés, chacun nommé d’après le jour de la semaine, le jour où ils ont quitté leur maison pour entrer dans un spectacle commun. Diaboliquement bon, le stratagème fonctionne jusqu’à ce que lundi disparaisse… Rythmé, bien composé, original, ce thriller SF est une vraie surprise. Noomi Rapace, la seule à avoir présenté les sept sœurs, marque un grand exploit.

Logan

Lundi 19 septembre, 21h15, C8

Un film de super-héros avec de la profondeur, ça change. Ici, c’est des années après les années de boom de la saga X-Men et le pire. Wolverine bataille de l’immortalité, on y voit le fameux mutant aux mains couvertes de griffes de fer et doté de l’incroyable pouvoir de régénération. Ce qui apparaît désormais comme un vieil homme, sur le déclin, va se retrouver contraint de sauver un enfant aux pouvoirs extraordinaires. Le bon moment, malgré les effets spéciaux connus, sera abordé avec ce Logan (nom de famille de Wolverine) tous les thèmes, comme le désir d’un père ou le sentiment de déclin.

babel

Mercredi 21 septembre, 21h05, CSTAR

Deux enfants jouant avec une arme dans les montagnes marocaines, un adolescent sourd-muet à Tokyo peinant à communiquer avec son père, une puéricultrice travaillant aux États-Unis et devant retourner au Mexique pour voir sa famille… à des milliers de kilomètres l’une de l’autre autre et seulement un petit fil connecté. Le résultat de cette plongée dans la solitude des choses captées par le talentueux photographe d’Alejandro González Iñárritu (Biutiful, Bidman, 21 grammes…): Cette scène intéressante trouve Chieko, l’adolescente japonaise, dans une boîte de nuit incapable d’entendre la musique et ne voyant que la vibration insensée des corps qui dansent autour d’elle.

L’éviter

Marguerite

Mercredi 21 septembre, 20h55, Arte

Dans les années 1920, le chanteur s’est mis en tête de se produire à l’Olympia, croyant avoir du talent. En fait, sa compagnie lui a menti pendant des années sur sa vraie voix… Sur le papier, car voilà un acteur terrible au service d’une histoire forte. Marguerite qui est censé être un grand film. Mais Xavier Giannoli, l’essentiel (quand j’étais chanteur) n’est pas bon (Grande étoile), est à bout de souffle et le film n’évoque pas autant d’émotions qu’il le devrait. Même la plus belle partition d’André Marcon, dans le rôle de l’homme.

À l’envers

Mercredi 21 septembre, 20h58, Canal + Cinéma

Dans un monde composé de deux planètes aux gravités opposées, Adam, venu de la terre d’en bas – pauvre et déshérité – et Eden, de la terre d’en haut – détient en richesse – tomber amoureux. La glace. Quelle est l’immersion du personnage de Roméo et Juliette dans le monde tel qu’il peut donner naissance à une histoire littéraire et intéressante.

Leave a Comment

%d bloggers like this: