Marseille. Le créateur du compte Instagram “Sans le patriarcat” s’ouvre sur le harcèlement de rue

Mathilde, qui a créé le compte Instagram “Avec le patriarcat”, se décrit comme “une fille du sud” (©Isis Mecheraf)

Mathilde Morrigan est née à Toulouse en 1994. A 17 ans, ses parents s’installent à Aubagne. “Je suis au lycée Paul Melizan à Valentine, rue des Camoins (partie du 11e arrondissement de Marseille, où Marcel Pagnol a écrit, la lettre de l’éditeur)”, a déclaré la jeune femme, à la voix gauche.

Désormais habitant du centre-ville, son métier pour le moins atypique. Mais depuis qu’elle a créé le compte Instagram @sanspatriarcat, Mathilde a décroché un communauté de femmes (“toutes sortes”, dit-il !) sont largement étoffées, avec bienveillance et apprentissage. “Le but de mon histoire est de promouvoir les femmes, pour commencer”, explique l’auteur.

Dans Mai 2022, il publie son premier livre, intitulé : « Sans le Patriarcat, à quoi ressemblerait notre monde ? » publié par Leduc. L’introduction annonce la couleur : « sans le patriarcat, il ne m’offensera pas ».

xxx
La militante a participé à la soirée “Miss Cagole Nomade” à laquelle Actu Marseille a assisté. (©Émilie Chaumur)

Mais comment son combat a-t-il commencé ?

“Je pense que lorsque j’étais étudiant à l’IEJ (Institut européen de journalisme, une école privée au Prado, NDLR), au milieu du mouvement #MeToo”. Encouragée, la jeune femme se met à écrire “de nombreux articles sur la torture à Marseille”.

Selon La Marseillaise, “il impunité dans les rues de Marseille“. La route “pour les hommes, nous sommes captifs dans leur pays”. Il dit qu’à chaque fois qu’il nage seul à Malmousque, il doit bouger. “On dirait que vous êtes (un morceau de viande) dans une tasse de voyage, même si vous n’y êtes pas.”

“Et quand on ose y répondre, on…un cœur. Ce qu’elle a dit était un acte de résistance, même si toutes les femmes n’ont pas les mêmes outils pour se battre. Mais elle reste, selon lui, “plus forte que Paris”. Peut-être parce qu’à Marseille, le public est très sollicité, il y a “plus d’expériences” ?

sortie IEJ
Mathilde a obtenu son diplôme de major de promotion et a prononcé son premier discours. (©DR)

Quant à l’YEI, il ne retient que “le sexisme à outrance”. Même s’il finit major de promotion, il ne veut plus être journaliste. “Je voulais être professeur de poésie à l’université ou chanteuse, et je suis devenue sorcière”, a-t-elle déclaré.

Vidéos : maintenant sur Actu

la magie? “Oui, je commence des gens intéressants, je fais des photos”, propre au métier lui-même “sorcière”, “grâce à mon autre compte Insta : @mathildemorrigan”, non suivi et plus spirituel. Mais toujours avec un personnage féminin “clair”.

prends soin de toi

Elle donne parfois des cours de pole dance dans son appartement, où elle vit avec son copain depuis 2014, qui la soutient. “Je m’adresse aux femmes mais aussi aux hommes, à toutes les personnes et à tous les hommes qui vivent dans ce monde”, a-t-il déclaré. L’intention est de “ récupérer votre visageapprenez à vous sentir sexy et sexy, mais pas pour les autres, pas pour les hommes, seulement pour vous-même”.

Avant cela, il exerçait un métier de cuisinier à la Caisse d’Epargne. “C’était terrible, je me suis fait virer parce que je ne souriais pas aux clients et j’apportais une pierre à jus d’orange au travail”, raconte la jeune femme.

N’a rien gagné avec Instagram

Ses revenus ne sont pas très clairs, mais il “ne veut pas retourner travailler”. Sur Instagram, elle est toujours enfermé et menacé de suppression L’histoire parle de “discours de haine” car elle condamne la violence de rue “alors que le porno est une belle vie”. Il a parlé sur son dernier podcast.

Il ne gagne pas un seul centime d’Instagram. Il refuse les sociétés commerciales qui lui sont proposées. “Je ne veux pas vendre de t-shirts avec des mots de femmes, parce que c’est trop courant”. Il a parfois envie d’abandonner, mais cela lui donne de la force. « Si vous êtes triste, vous arrêtez tout. »

Et aujourd’hui?

« J’écris un nouveau livre, j’ai fait un roman de vacances de sorcières qui s’est vendu… J’ai refusé des contrats parce qu’ils n’utilisaient pas le formulaire d’inscription, je suis attendue sur ces sujets. »

Son rêve? “Je veux être écrivain à plein temps, vivre en Ecosse dans une maison, être tranquille. Et “pourquoi pas avoir des enfants”. Mais avant ça, “je veux me pencher sur mes affaires”.

Est-ce que cet article vous a aidé? N’oubliez pas que vous pouvez suivre Actu Marseille sur le site My Actu. En un clic, après inscription, vous verrez toute l’actualité de vos villes et marques préférées.

Leave a Comment

%d bloggers like this: