Pour quelques milliards de plus, étalez les lectures…

Des cookies aux données, la vente de matériel informatique n’est pas finie : Alban Peltier, PDG et fondateur d’AntVoice (société génératrice de revenus en ligne) l’a souligné. En 2021, pour la France, on a vu une croissance de 24%, à 7,7 milliards d’euros. Dans le monde, 20% mieux, avec 450 milliards de dollars de chiffre d’affaires, ” soit 60 % de tous les investissements publicitaires“, est-il expliqué au Narration .

Cela suffit à mieux résoudre les problèmes financiers et à encourager les auditeurs à effectuer certains audits futurs. Si vous prenez l’hydre à quatre têtes – Google, Meta, Amazon et Apple – elles collectent 50% des dollars publicitaires dans le monde. Les cavaliers de l’Apocalypse monopolisent 70 à 80 % du marché numérique. Et tout le monde cherche des solutions pour tirer le meilleur parti de chaque espace disponible – rappelez-vous : monopolisez les quelques secondes de temps de cerveau disponibles.

Est-il suivi ou non ?

Depuis plusieurs années, Amazon ne cache pas sa volonté d’augmenter ses revenus publicitaires – notamment en augmentant ses prix. Au deuxième trimestre 2021, le secteur a rapporté 8 milliards de dollars, avec un bond de 87 %. Le service optionnel, bien qu’optionnel, est bien sûr le meilleur et le plus utile pour ceux qui veulent rester dans le périmètre d’Amazon – avec le marché.

Bien sûr, Apple ne sera pas détruit, commente Mark Gurman pour Bloomberg. Le journaliste estime que les nouvelles technologies que la société de Cupertino recherchent de nouvelles sources de revenus. Maintenant, rien n’est inattendu. Dans le même temps, son coût d’obtentionentréesil se fait tard. Réduisez moins, collectez plus : passez en revue. Le mode opératoire actuel (tous les utilisateurs d’iOS le sauront) consiste à autoriser les applications à suivre l’utilisateur. Améliorez donc la pertinence des annonces – de cette façon, la recherche est affinée et la publicité est plus rentable.

Cependant, il est vrai que certains ont accepté d’être fouillés, car, d’un autre côté, les revenus ont diminué, faute d’avoir assez. Des utilisateurs comme Meta (Facebook, Instagram) ou Snap (chat) ont perdu des milliards de dollars à cause de ces changements – alors qu’en est-il des petits développeurs ? Il n’y a rien à comparer aux montants perdus, mais le résultat demeure : moins de ressources.

Des lacunes, beaucoup de lacunes !

Mais Apple veut obtenir plus. Aujourd’hui, il y a des publicités dans ses applications, dans l’App Store, et dans le service Apple TV+, grâce aux accords avec l’équipe de baseball. Mais nous pouvons faire mieux. Ce qui met quelqu’un en colère : après avoir dépensé quelque 1000 € sur un téléphone, par exemple, voir la qualité dans la participation à la publicité numérique a de quoi gonfler. Quand Amazon met des publicités sur ses Kindles, vous pouvez au moins les supprimer.

Bien sûr, la notification personnelle peut être désactivée pour – 78% des utilisateurs sur iOS 15 ont choisi cette option. Sauf que nous n’avons pas beaucoup quitté l’accueil : pendant quelques mois, les équipes qui s’occupaient du développement publicitaire ont été supprimées. Peut-être à cause de la communication tardive des résultats d’Apple, l’entreprise n’a pas pris feu.

Tim Cook, l’actuel PDG, a également confirmé : la publicité est l’avenir. D’un chiffre d’affaires d’environ 4 milliards de dollars par an, Todd Teresi (VP de la publicité) veut lever au moins 10 milliards de dollars. Ambitieux. Et pour ce faire, de nouveaux lieux sont nécessaires.

L’argent, l’argent, l’argent…

Et alors? Bon… les vraies applications sur iPhone et iPad ne sont pas légion : les documents, par exemple, vont devenir un outil publicitaire. De même, Apple Books et Podcasts vont bientôt se retrouver avec des annonceurs – et il existe de nombreux niveaux de ventes de TV+, à l’instar de ses partenaires religieux.

Pour les cartes, ce n’est pas sorcier : publicité pour restaurants, commerces, etc. Pour les livres, les éditeurs sont la cible immédiate : payer devant leurs pairs, en haut des résultats de recherche, dans des ensembles de métadonnées…

Mais la première idée se tournera vers un modèle publicitaire dans les livres à lire depuis l’application livre. Vont-ils remarquer le placement d’espaces publicitaires entre les deux chapitres ? Un business model va-t-il évoluer avec les outils ?

Outre-Atlantique, le livre numérique a perdu 4,7 % des recherches entre 2020 et 2021 – jusqu’à 1,1 milliard de dollars, évalue toutefois l’Association of American Publishers. Les livres audio ont affiché une croissance de 13,4 %, pour 766,2 millions de dollars par an. Un calcul rapide qui permet de mesurer la surface pour trouver…

Les paris sont ouverts. Et en la matière, nul doute qu’Apple a des idées…

crédits photos : lucas Favre/Unsplash

Leave a Comment

%d bloggers like this: