Prix ​​Bayeux Calvados des écrivains de guerre : nous nous engageons à rencontrer

Cette nouvelle année, pour la huitième année, nous sommes partenaires du Prix Bayeux Calvados-Normandie des écrivains de guerre, qui se tiendra du 3 au 9 octobre 2022. ) qui couvre l’actualité internationale et tous ceux qui étudient la violation grave des droits humains droits dans le monde entier.

« Dans un contexte géopolitique chaud, marqué par la prise de conscience guerrière du continent européen à quelques milliers de kilomètres de la frontière française, le Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre a confirmé sa nécessité de perdurer. » Ce sont les mots du maire de Bayeux, du président de l’office du Calvados et de la région Normandie dans la révision du programme de cette 29e édition.

A lire aussi : Le programme de l’édition 2022 du Prix Bayeux Calvados-Normandie

AVERTISSEMENT DE CES ERREURS

La guerre en Ukraine et ses conséquences tragiques pour la population occupent une place importante au programme de cette semaine de rencontres, tables, expositions et reportages. Mais ce n’est pas le seul problème à résoudre.

Les photographes Édouard Elias et Abdulmonam Eassa présentent une exposition inédite dans un pays qui est le théâtre de conflits sanglants : le Darfour. La vie sous le régime taliban en Afghanistan sera un thème cette année.

Lire aussi : Sous le régime taliban, ce fut une année terrible pour le peuple afghan

Par ailleurs, le Prix Bayeux Calvados-Normandie met l’accent sur l’éducation aux médias avec l’organisation de rencontres et de visites scolaires pour apprendre aux plus jeunes à observer et interpréter les informations qu’ils reçoivent. Aussi, le mardi 4 septembre, notre équipe d’éducation aux droits humains s’est jointe à ce jeune public.

Il est important que nous assistions à ce festival. Le premier est de montrer notre soutien aux journalistes qui défendent la liberté de publier et de publier au quotidien. Par conséquent, ils jouent un rôle important dans la réalisation et la protection de nos droits fondamentaux. C’est pourquoi nous voulons soutenir un prix, en l’occurrence la meilleure émission de télévision (forme courte).

C’est aussi une combinaison d’approches différentes entre des journalistes de terrain et des membres de notre équipe de recherche qui sont bien visibles, en raison de la pertinence des sujets abordés. Bien sûr, les preuves présentées montrent les conditions que nous écrivons et que nous critiquons toujours. notre recherche.

ENQUÊTE SUR LE COMPORTEMENT HUMAIN

C’est le sujet de notre table ronde, qui se tiendra le samedi 8 octobre, au Centre Commercial Halle ô. Dans les zones de conflit, les journalistes et notre équipe de recherche effectuent un travail important. Ils comprennent, recueillent des preuves et établissent des faits.

La technologie fournit des informations en temps réel et permet de surveiller les événements, y compris les zones inaccessibles. Mais quels sont les types et les périodes de temps des enquêtes ? Comment soutiennent-ils le travail de la justice ? Cette rencontre, outre la nature de la guerre en Ukraine, présentera et explorera ces questions.

RENCONTRE NOUS

vendredi 7 octobre

Dans le cadre de la soirée « L’Ukraine, épicentre d’une longue guerre en Europe ? », animée et animée par Éric Valmir, notre responsable du programme Conflits, Migrations, Justice, Tchérina Jerolon, sera invitée à intervenir sur scène. Rendez-vous sur le Pavillon, près de Gauquelin Despallières à 21h

samedi 8 octobre

Salon du Livre (au Pavillon, de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30)

Nos militants accueilleront le public pour lui faire part des différentes façons de participer à notre combat pour les droits humains. L’auteur Jérémie Dres présentera et dédicacera son deuxième roman graphique Le jour où j’ai rencontré Ben Laden (Editions Delcourt), que nous soutenons.

Forum des médias (à l’Espace Saint-Patrice, 14 h 45)

Le photographe Guillaume Herbaut présentera son dernier livre L’Ukraine, pays préféré (Editions Textuel), que nous soutenons. Animée par Franck Mathevon, cette rencontre permettra au public d’avoir un achat exclusif avec le photographe qui, depuis vingt ans, se rend chaque année en Ukraine.

La table ronde (à la Halle ô Grains, 16h)

Venez assister à notre table “Au coeur de l’enquête : la preuve des faits. Enquêter, signaler, juger ?”. Il sera édité par Virginie Roels, rédactrice en chef de L’histoire, notre publication de recherche et de rapport. En présence de Donatella Rovera (spécialiste des crises et chercheuse pour Amnesty International), Jeanne Sulzer (Head of International Justice at Amnesty International) et Cécile Allegra (journaliste et réalisatrice, lauréate du prix Albert-Londres 2015).

Remise des prix (au Pavillon, 18h30)

La soirée des Awards sera animée par Nicolas Poincaré. Dans le cadre du concours international, notre président Jean Claude Samouiller remettra le prix Amnesty International aux journalistes ayant réalisé le meilleur reportage télévisé (format court). Cette année, le jury était présidé par Thomas Dworzak, membre de la société Magnum Photos depuis vingt ans.

LE PRIX AMNESTY INTERNATIONAL

Les derniers lauréats du prix Amnesty International, qui récompense chaque année la meilleure émission de télévision (forme courte) :

2021 : Orla Guerin et Goktay Koraltan – BBC pour « Tireurs d’élite au Yémen »

2020 : John Sudworth et Wang Xiping – BBC sur « les tribus ouïghoures »

2019 : Orla Guerin, Lee Durant et Nicola Careem – BBC pour « Yémen : une voiture touchée par des frappes aériennes »

2018 : Nima Elbagir, Alex Platt, Raja Razek – CNN pour “Une vente aux enchères d’esclaves en Libye”

2017 : Waad Al-Kateab – Channel 4 pour “Le dernier hôpital d’Alep tenu par des rebelles”

2016 : Arnaud Comte et Stéphane Guillemot – France 2 pour “Mossoul : fuir à tout prix”

2015 : Mikhail Galustov – VICE pour « roulette russe »

Leave a Comment

%d bloggers like this: