Promotion du livre, voiture 2CV, coffret vin… Les annonces publiques de soutien aux projets touristiques seront mises en ligne ce samedi.

Édouard Fournier, Ania Woznika, Guillaume Dugast, Guillaume Lajoinie, Amélie Dermaut, Hélène Émeret, Guillaume Ledoux, Denis Roumet, Camille Isnard, Benjamin Henne, Aurore et Julien Chollet, Magali Gibeau, Jessica Nazarian, Boris Bielous. Eux et elles sont les visages de la troisième campagne publique destinée à publier des projets touristiques dans le Cher.

Portée par la société de développement touristique Tourisme & Territoires du Cher et pionnière du « crowdfunding » dédié aux projets créatifs, corporate et business, KissKissBankBank, le projet, du fait de la volonté de fédérer les citoyens et de pouvoir mesurer l’intérêt des candidatures, a pu enregistrer les seize projets soutenus lors des deux premières éditions. Seize projets, seize feux sur le Cher.

Campagnes médiatiques de masse en 2020 : industrie du voyage, pari des entreprises

A partir de ce samedi 1er octobre, la troisième phase a démarré, avec le lancement de la campagne publique, à retrouver sur le site KissKissBankBank. Elle se poursuivra, à l’appui d’un grand plan de communication entre le Cher, jusqu’au 15 novembre. Les objectifs : récolter de 3 000 à 8 000 euros selon les projets.Les promoteurs des neuf projets ont été sélectionnés pour des annonces publiques. Photo de Yannis Ayama

Aux yeux de leurs initiateurs, choisis en avril parmi 29 projets, la vision du doute, peut-être. Et en plus de l’envie folle d’ouvrir ce niveau, après des mois d’accompagnement et de formation, des mois sont passés à confronter leurs idées avec les autres, à affiner et réécrire des projets, à les considérer comme un groupe.

Car derrière l’envie d’activer des projets individuels, c’est de cela qu’il s’agit : un cheminement commun. Ce groupe, composé de mois et d’horaires organisée par Tourisme & Territoires du Cher – au point de jeter des ponts entre plusieurs projets – et a commencé à mobiliser les familles pour la première étape de la campagne. Le niveau a permis à Aurore et Julien Chollet de dépasser le montant prévu pour acheter une yourte, afin d’offrir un séjour confortable et écologique à Oizon.

Le voyage est généralement une entreprise. La présidente de Tourisme & Territoires du Cher, Béatrice Damade, et son gérant, Ludovic Azuar, ont souligné le rôle de ces projets dans la promotion de l’entreprise à travers de nouvelles idées d’accueil, d’hébergement, de découverte, de découverte des vins, des fleurs et des paysages.

Comme on le sait, les projets couvrent une grande variété de sujets, du voyage CV aux rencontres littéraires, en passant par l’agrotourisme et les carnets de voyage. Le plus courant : le désir d’ouvrir des portes. Leur point de départ, s’il y a des sommes, ce sont les yeux du tourisme dans l’entreprise. Incarnations de Cher, vecteurs d’une image. Jusqu’au 15 novembre, construire cette image est ce à quoi ils invitent à participer. Croyez en cette histoire, tout le monde peut aider à l’écriture.

Les contributeurs seront payés par rapport au programme financé par des garanties.

Les promoteurs des neuf projets ont été sélectionnés pour des annonces publiques. Photo de Yannis Ayama

Neuf projets

Les deux premières éditions ont pu prendre en charge seize guides de programmes. Près de 160 000 euros ont été récoltés au profit du développement touristique du Cher. Voici les gagnants de cette troisième saison.

Voyage en Berry. Guillaume Dugast et Ania Woznika (papeterie Tendre Papier) envisagent de créer une boîte dans un sac adapté aux voyageurs (groupe, souvenir). Le coffret sera fabriqué à Bourges.

Montant demandé : 3 000 euros. La campagne servira à créer le carnet de voyage Le Voyageur en Berry dans sa version originale avec ses commentaires et des outils pour organiser son voyage. En plus de ça, il s’agit de beaucoup : une version avec le Canal de Berry et de nouveaux numéros, des outils pour préparer son voyage en voiture, ou pour trouver le Berry en regardant les oiseaux.

Les vadrouilles d’Amélie. Amélie Dermaut organise des sorties “découverte” en 2CV avec un accompagnateur conférencier dans le Sancerrois, la Sologne et le Pays Fort.

Montant demandé : 3 000 euros. La publicité sera utilisée pour l’entretien des machines» pour la 2CV. En plus de cela, il s’agit de la taille : belle prise en charge de la voiture et soutien des ruches pour réduire l’empreinte carbone de ses trajets.

Ouverture d’un bar à vins et spécialités du Berry. Edouard Fournier souhaite ouvrir un nouveau point à Bourges, “Complètement fumé”, proposant dégustation et vente de vins locaux et spécialités berrichonnes, travaillant autour des savoir-faire locaux (poterie de La Borne, porcelaine de Pillivuyt, etc.).

Montant demandé : 6 000 euros. La publicité sera utilisée pour la signalisation et l’équipement. A cela s’ajoutent selon la taille : dalles de pierre de La Celle et maison de vigneron, la construction d’un mur en pierre et de hauts bureaux, la construction d’un jardin fleuri.

Développement d’une ferme agro-touristique, spécialisée dans le maraîchage. Guillaume Lajoinie, le maraîcher de Saint-Martin-d’Auxiny, souhaite partager le travail du maraîchage avec les touristes et les habitants en construisant une boutique.

Montant demandé : 8 000 euros. La propagation sera utilisée pour créer la fondation de la maison. En plus de cela, il s’agit de la taille : créer un panneau de bois, développer la troisième zone.Guillaume Lajoinie

Installation d’une yourte près d’une cour pyramidale. Aurore et Julien Chollet proposent un hébergement unique et écologique près d’un mur pyramidal au Pays-Fort, le restaurant Breuzé.

Montant demandé : 3 000 euros. L’annonce servira à l’achat de la yourte et de son plan d’étage. En plus de cela, selon la taille : acheter des meubles, installer une cuisine extérieure pour la yourte.

Fabrication de livres et fête ludique lors du festival Humour & Vin de Bourges. Hélène Émeret, Guillaume Ledoux et Denis Roumet souhaitent développer et étoffer le festival Bourges Humour & Vin, qui se tient chaque fin d’année à Bourges, avec un lancement de livre, des expositions et des animations.

Montant demandé : 7 500 euros. La campagne servira à financer l’accueil VIP des auteurs et la production de l’événement. En plus de cela, il s’agit du montant : le financement des événements, l’augmentation des enseignes dans l’agglomération, la poursuite du Salon du Livre pour 2023, etc.

Simone(s), librairie-café. Magali Gibeau a ouvert en février 2022, au centre de la ville de Bourges, la librairie Simone(s), avec une boutique de cartes postales et une galerie. Son objectif : récolter des fonds pour accueillir des auteurs, des écrivains, des artistes, des conférenciers du monde du livre, des troupes de théâtre, des groupes de musique…. En bref : continuer à faire de ce lieu devenu incontournable à Bourges, un lieu vivant, chaleureux et accueillant.

Montant demandé : 5 000 euros. La campagne servira à proposer des animations tous les mois pendant deux ans. En plus de cela, selon la taille : développer plus d’activités, des relations avec, par exemple, des écoles et des stations.

Chez Simon(s)

A Bourges, la librairie Simone(s) a lancé un club de lecture

Usines de meunerie. Camille Isnart et Benjamin Henne souhaitent développer des animations et des ateliers grand public autour de l’usage et de la connaissance des plantes et de l’alimentation durable. Un projet complété par la création d’un jardin pédagogique et d’un magasin de produits agricoles certifiés AB, dans le Sancerrois.

Montant demandé : 5 000 euros. L’annonce servira à l’achat de matériel pour les ateliers. En plus de cela, cela dépend du montant : aménagement du jardin pédagogique avec plantation, équipement, aménagement d’ateliers avec aides extérieures, équipement intérieur et travaux prenant un lieu de repos.

Fleur de café et hommes en cuisine au Jardin de Marie. Jessica Nazarian et Boris Belious souhaitent créer un atelier culinaire et proposer des visites du Jardin de Marie, situé à Neuilly-en-Sancerre. Désir : être un lieu de vie épicurien.

Montant demandé : 5 000 euros. L’annonce servira à installer une cuisine extérieure donnant sur le potager pour proposer des cours de cuisine. En plus de cela, cela implique beaucoup : le développement de la biodiversité du jardin en introduisant des ruches dans le vignoble, le développement de nouvelles variétés de fleurs comestibles et notamment des parfums, des outils pour le jardin des enfants, l’élaboration d’un audioguide. .. .

Valérie Mazerolle

.

Leave a Comment

%d bloggers like this: