Rodolphe Belmer est nommé à la tête de l’équipe de TF1

L’ancien numéro 2 de Canal + et directeur de Netflix, Rodolphe Belmer prendra les rênes de la société TF1 le 27 octobre. L’annonce intervient une semaine après l’échec de la fusion avec M6. Quant à l’actuel PDG, Gilles Pélisson, il rejoindra le groupe Bouygues.

C’est surprenant de trouver un tel secret dans le monde de la télévision et des affaires. Une semaine seulement après l’abandon du projet commun entre TF1 et M6, soigneusement préparé depuis un an et demi mais annulé par l’Autorité de la concurrence, l’équipe de TF1 accélère son calendrier de travail. Vendredi 23 septembre, il a constaté l’arrivée de Rodolphe Belmer, 53 ans, au poste de PDG de l’entreprise, à compter du 27 octobre, confirmant une information de la Indiquer. C’est une option en deux étapes. A partir du 13 février 2023, il sera CEO et alors attention TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films, LCI, etc. Et les plateformes de l’entreprise, MyTF1 et Salto.

Le 27 octobre, Gilles Pélisson, PDG de La Une depuis sept ans, demandera au Conseil d’administration de confirmer cette nomination. Il rejoindra l’équipe de Martin Bouygues en tant que “ Vice-président du groupe Bouygues en charge des médias et du développement », montre le communiqué diffusé en fin de matinée. Son sort est scellé dans TF1 depuis plusieurs mois : même s’il y a une équipe performante avec M6, Gilles Pélisson devra céder sa place à Nicolas de Tavernost, qui portent aussi les collines du futur.

“Le projet d’équipe est derrière nous, il n’y a pas de temps à perdre.”

Mais quitter le projet, vendredi dernier, a encore changé les cartes. ” Le projet commun est derrière nous, il n’y a pas de temps à perdre ” Libère un employé de la direction de TF1. Et cela signifie que le nom célèbre dans le monde médiatique de Rodolphe Belmer, le premier directeur de Canal + – de la chaîne entre 2003 et 2012 puis de l’entreprise, de 2012 à 2015 – est venu du coup, les équipes ont été surprises.En effet, en coulisses, les négociations ont commencé en juillet, quand la première partie a vu que le vent tournait plus tard d’un avis négatif des services de l’Autorité de la concurrence sur le projet commun.

Je suis très heureux de rejoindre une entreprise que j’admire et des équipes de classe mondiale. Je crois que nous saurons relever de nombreux défis du monde des nouveaux médias et ouvrir de nouvelles pistes de développement et de croissance à l’ère numérique pour le groupe TF1. », écrivait vendredi Rodolphe Belmer, devenu à la tête d’une organisation de 3.700 salariés.

Le plus raffiné de Canal +

Connaissant bien les secrets de la télévision, des plateformes et de l’industrie des médias, Belmer est un leader créatif et compétent. Diplômé d’HEC, il débute sa carrière dans des sociétés de conseil comme Procter and Gamble ou McKinsey, avant de rejoindre Canal + en 2001 en tant que directeur commercial, et monte rapidement jusqu’à la montée au poste de numéro 2, avant que Vincent Bolloré ne le lâche. quand il est entré. 2015.

Le premier de la grande purge organisée par le milliardaire breton, Rodolphe Belmer a été libéré Le journal principal empêcher “l’audio Canal +” et Cornes de connaissance, en même temps qu’il éditait les histoires. Il croit que nous devrions faire de même esprit, Gears ou Mafiosa.

Dès son arrivée, il dirige le comité de réflexion stratégique de France Télévisions, avec sa présidente Delphine Ernotte. Il a ensuite été réintégré comme directeur général de l’opérateur de satellites Eutelsat Communications (2016-2021), avant de devenir directeur général d’Atos, jusqu’à l’été dernier.

Au milieu d’un verso noir pour la première page

A la tête de TF1, ce passionné et président du festival Séries Mania à Lille rejoindra d’anciens collègues de l’équipe de Canal+ : Ara Aprikian, réalisateur ; Xavier Gandon, responsable des antennes ; Thierry Thuillier, directeur de l’information, et l’animateur Yann Barthès. Il doit accélérer la transformation numérique, développer la production d’informations, mais aussi renforcer l’entreprise face à la forte concurrence des géants américains comme Netflix, YouTube, Disney, qui ne cessent de voler les téléspectateurs aux chaînes traditionnelles. Un monde qu’il connaît : il est directeur de Netflix depuis 2018.

Son arrivée a été comme l’obscurité pour la première page. Le 2 septembre, Canal+ a brutalement coupé le signal de ses chaînes sur MyCanal et son offre satellite TNT Sat, invoquant une lutte financière, privant deux millions de téléspectateurs des contenus de TF1, TMC, etc. TF1 a porté l’affaire devant la justice mais, vendredi, le tribunal de commerce a donné raison à Canal+. La Une a décidé de faire appel, mais a dû prendre une décision pour voir son audience diminuer. Cette semaine, le JT de 20 heures diffusé avec Anne-Sophie Lapix sur France 2 est passé à côté de lui. Et vendredi, le livre choquant a été publié Impunité de la journaliste Hélène Devynck, consacré à l’affaire PPDA, qui a attaqué l’ancien présentateur vedette de 1987 à 2008 et porté atteinte à l’image de la chaîne.

Leave a Comment

%d bloggers like this: