« Un amour britannique » : quand Miles Hyman et Jean-Luc Fromental se racontaient l’affaire Profumo…

En juin 1963, le ministre britannique de la Guerre, John Profumo, est contraint à la démission suite à un scandale majeur : la presse ne révèle que sa relation avec une femme jeune et ambitieuse. Ouvreur, Christine Keeler. Il y eut un coup de tonnerre à Londres, à l’heure du soixante soixante et une jeunesse éprise de liberté. Après “Le Coup de Prague”, Miles Hyman et Jean-Luc Fromental ont fait de cette œuvre érotico-politique une collection prestigieuse. Espace privé : entre esthétique sulfureuse du corps, symboles du monde de l’espionnage et conservatisme guindé…

Quand la malédiction éclate… (Tableau 1 et 2 – Dupuis, 2022).

A Londres, la réputation de l’ostéopathe Stephen Ward n’est plus à faire après la guerre : il compte parmi ses clients des personnalités telles que Winston Churchill ou Elizabeth Taylor. Artiste accompli, il a peint le Prince Philip et Douglas Fairbanks et Sophia Loren. Tout le monde sait pourtant que Ward a usé de ses relations pour organiser des week-ends de débauche dans un loger de Cliveden (dans le sud-est du pays) appartenant à Lord Astor, un homme éminent duétablissement Anglais. De très jeunes femmes y étaient invitées, à cause de la promiscuité des étrangers… Parmi ces derniers se trouvait John Profumo, le ministre de la Guerre du gouvernement conservateur. A travers le très libertin Ward, il rencontre Christine Keeler, une belle rousse dont les mobiles tragiques cachent divers traumatismes (agression de femme, enfant à naître) et le désir de recommencer une nouvelle vie. Sans attention…

Photographies de John Profumo (en 1953) et de Christine Keeler (en 1963).

Problème : hormis le Pygmalion des – mauvaises – relations tissées entre Ward, Profumo et Keeler, la situation empire. Car durant le week-end à Cleveden, la brune Keeler a également entamé une relation avec Evgueny Ivanov, l’attaché naval soviétique en Grande-Bretagne. Cependant, en 1963, après la crise des missiles de Cuba (1962), lors de la vente d’une grosse somme d’argent, Keeler révéla que Stephen Ward lui avait demandé d’obtenir de Profumo la date de livraison des articles de la guerre nucléaire américaine contre l’armée, alors. stationné en Allemagne de l’Ouest. De la même manière, l’espion Ivanov a disparu à Moscou. Profumo et Ward, qui étaient impliqués dans une affaire devant eux, se sont retrouvés poursuivis devant la Maison Royale… L’affaire est devenue le plus grand scandale de la société britannique. soixante soixantequelque part entre James Bond (arrivé sur les écrans en 1962), les Beatles (dont l’œuvre s’est imposée fin 1962) et une nouvelle presse tabloïd (la célèbre. les tabloïds) qui suivent des titres accrocheurs et des expressions surprenantes.

Niveaux 3 et 4 (Dupuis, 2022).

Si le scandale Profumo, devenu une réalité de l’État, frappe directement le Parti conservateur, il nuira à toute la classe politique et à l’élite sociale britannique. Les scandales sur la sexualité des personnalités mondiales ne cesseront de faire débat ! Enregistré en juin 1963, le procès de Ward a vraiment livré le médecin à la presse et aux tribunaux, personne n’a voulu – jusqu’au bout – prendre sa défense. Profumo, cependant, s’est tourné vers un travail salutaire au nom de la justice, afin de restaurer sa dignité dans les mois et les années à venir. Keeler, décédé en 2017, n’a jamais reçu son honneur. Coïncidence : après le film “Scandal” (1989 ; avec John Hurt, Joanne Whalley, Bridget Fonda et Ian McKellen), l’affaire Profumo restera dans les mémoires des téléspectateurs du monde entier en 2017, dans la saison 2 de la série “The Crown”.

Couverture de la belle estampe (Dupuis, 2022).

Vue de Piccadilly Circus en 1963.

Sur la couverture de l’ancienne édition de l’album (104 pages), inspiré d’Edward Hooper dans le rôle d’Alfred Hitchcock, Miles Hyman montrait un duo de jeunes femmes, nues et nues. Conçu par Ward, le duo voit le lecteur-spectateur-voyeur d’une histoire de résistance contre le style industriel et la scène festive britannique (voir, plus tard, les enseignes lumineuses et les panneaux publicitaires pléthoriques de Piccadilly Circus en 1963). Pour l’édition spéciale (titre avec habit et numéro et signature initiale), la couverture représente fidèlement une jeune femme dans une baignoire, tenant une cigarette et écoutant la radio près d’une piscine. Un signe symbolique de libération des mœurs, mais une image anonyme, sans visage et donc renvoie la femme à la position d’un simple objet de désir, sans âme et sans amour ; le titre – volontairement vieille école – donc c’est plus ridicule que jamais. Quoi de mieux, au final, que les talents conjugués de Jean-Luc Fromental et de Miles Hyman pour rendre ces jeux d’ombres et de lumières, ces mondes urbains sombres et ocres, ces cous meurtriers et ces histoires détruites ?

Annonce de l’album.

Philippe TOMBLAINE

“Une romance anglaise” de Miles Hyman et Jean-Luc Fromental

Édition Dupuis (23,00 €) – EAN : 979-10347-304-38

Impression de tête (35,00 €) – EAN : 979-10347-645-94

Sortie le 7 octobre 2022

Leave a Comment

%d bloggers like this: