US Open : Et si Iga Swiatek avait gardé le meilleur pour la fin ?

Le best-seller est Brad Gilbert Le mal gagne Est-ce son livre de rêve maintenant ? Blague à part, force est de constater qu’Iga Swiatek n’a pas traversé ces deux semaines à New York comme un tourbillon, comme il l’avait fait dans ces deux titres du Grand Chelem sur la terre battue parisienne en 2020 et il y a quelques mois. Mais au final, peu importe le résultat : le numéro 1 mondial jouera samedi pour remporter le troisième Majeur en autant de tentatives au final.

Objectivement, il est difficile d’être surpris de voir un joueur qui a marqué plus de 50 victoires pour 7 petites défaites cette saison se battre pour le titre. Ajoutez à cela le fait que le Polonais a eu une aura d’invincibilité pendant quatre mois avec 37 victoires de fin février à début juillet et sa victoire au 3ème tour de Wimbledon par face à Alizé Cornet (avec 6 titres remportés à l’époque . ) et on peut dire que ce dernier à Flushing Meadows s’est déroulé sans histoire.

US Open

Swiatek reste immobile malgré tout

Hier à 03:14

Superbe Swiatek : résumé de sa demi-finale contre Sabalenka

Swiatek manquera le reste de l’été avant de se préparer pour cette dernière remontée du Grand Chelem. Depuis Wimbledon et avant cette quinzaine, son bilan n’est pas meilleur : 4 victoires pour 3 défaites dont une défaite devant son public à Varsovie en quart de finale, même sur sa terre battue amicale face à Caroline Garcia (6-1, 1- 6, 6-4). Pour la tournée américaine, son élimination dès le huitième tour à Toronto et Cincinnati contre la Brésilienne Beatriz Haddad Maia (6-4, 3-6, 7-5) et l’Américaine Madison Keys (6-3, 6-4) s’est également affichée. le plomb sur l’aile dans la thèse du rebond.

Un succès inattendu est à 100% un signe de grandes choses

Même si une certaine joie a été aperçue à l’aube, comme lorsque le numéro 1 mondial n’a pas hésité à se plaindre de la légèreté et n’a pas pu retenir son goût. Mais il n’a pas laissé ce revers l’abattre.

Coût du travail. Même si j’ai perdu tôt à Toronto et à Cincinnati, je sais que j’aurai des chances à cet US Open. Il faut être prêt pour ça, et ne pas se laisser distraire par certaines défaites. Dans ce tournoi, j’ai eu beaucoup de réflexion pour saisir les opportunités, même si je n’avais pas les meilleures intentions en début de tournoi. J’ai pu jouer bien, bien et solidement. Gagner si je ne me sens pas mieux, c’est mieux“, a-t-il déclaré en conférence de presse après sa demi-finale.

Et ajouter:Quand j’étais plus jeune, je ne pouvais pas m’empêcher de jouer dur ou de ne pas me sentir à 100 %. C’est une bonne chose maintenant car je pense que c’est le signe des plus grands champions.. “Bien qu’implicitement, il est clair de souligner ce qui reste à son image, Rafael Nadal, combien de fois nous avons vu le Majorquin l’accompagner dans sa carrière dans des matchs où il est fort. Il s’accroche, cherche des solutions. ? Des dizaines, peut-être des centaines.

Swiatek: “Désolé si le jeu est ennuyeux, j’ai du mal avec ces balles volantes depuis le début”

Dans cet US Open, malgré une première semaine nuageuse – qui cachait un niveau de jeu – Swiatek a dû tirer plus d’une fois le bleu chaud. En huitième comme en demi-finale, il a perdu le premier set, même si en quart, il s’est excusé de l’attention portée face à l’Américaine Jessica Pegula aux spectateurs du terrain Arthur-Ashe, bien qu’il ait gagné en deux sets (6- 3, 7-6).

La fonction évite la peur et devient un “embrayage”

Mais à la fin, il gagne. Le Polonais ne donne plus l’impression de grandir différemment de ses adversaires comme d’habitude au printemps, et ce n’est pas grave. Car ce qu’il a réalisé, c’est le mieux pour asseoir sa position de joueur à gagner : avoir le dernier mot même quand les choses ne se passent pas comme on l’avait prévu.

Le résultat de sa mi-temps contre Aryna Sabalenka à cet égard en est un exemple. Menant 4-2 dans le troisième set, il a pu aligner quatre jeux pour s’imposer. Un côté “embrayage” que l’on connaît peu mais qui a son importance. Parce que même dans les mauvais jours, il est dur maintenant.

Swiatek-Pegula : Faits saillants de leur quart-arrière

Avant, j’avais l’impression que mes pensées prenaient le dessus, et j’étais un peu inquiète pour mon leadership. J’ai mûri, j’ai beaucoup appris. Et le travail que nous avons fait avec Daria (Abramowicz, expert en sports et psychologie, éditorial) Cela m’a vraiment aidé. Maintenant, c’est plus facile de penser à ce que je peux changer pendant la compétition. J’ai plus de cordes à mon arc que de jouer à sens unique“, il a dit.

Désormais, la plus grande force de Swiatek est de garder sa vision du début à la fin, quels que soient les aléas du jeu en cours. Rester dans sa bulle pour maintenir sa conscience et changer ses actions quand c’est nécessaire, c’est ce qui lui a permis de survivre à ces deux semaines. Il faut le voir sur la page pour se changer pour fermer les yeux en entraînement visuel pour éviter les pensées négatives qui l’agressent.

Swiatek dans le doute complet avant de tout casser : résumé de sa victoire sur Niemeier

Attention, le paquebot n’est pas loin

Si le Polonais n’est pas un monstre de confiance en soi comme Novak Djokovic, il sait profiter des situations et voir le verre à moitié plein. Au début du tournoi, les attentes n’étaient certes pas bonnes, mais toute l’attention des médias était tournée vers Serena Williams et elle (peut-être). Swiatek n’a pas atteint les places new-yorkaises avant cette édition 2022. Il a su, malgré son poste, s’octroyer le droit à l’erreur. “Peut-être que ne pas avoir tous les projecteurs sur moi m’a un peu déprimé. Tout comme le fait que le jeu n’est pas bon en préparation.”

Pourtant, dans les débats, la vapeur est vraiment de retour : Jule Niemeier et Aryna Sabalenka le montrent à leurs dépens. Et si tout s’effondre à la fin, nous souhaitons du courage à Ons Jabeur, malgré sa magie. Swiatek peut le faire. C’est la marque d’un maître.

US Open

Garcia, sans espoir

Hier à 00:25

US Open

L’ouragan Garcia semble imparable, mais attention à Jabeur et à sa magie

08/09/2022 à 08:48

Leave a Comment

%d bloggers like this: