Where I’m Hiding, de Caroline Dawson, publié sous forme de livre audio

C’est l’adolescente et écrivain Kathy-Alexandra Retamal Villegas, dont les parents sont originaires du Chili comme Caroline Dawson et sa famille, qui a mis l’écrivain dans le livre audio. Où j’atterris. Caroline Dawson raconte comment elle est arrivée au Québec en 1986 en tant que réfugiée avec sa famille fuyant le Chili de Pinochet alors qu’elle était enfant.

Nous devons parler de ce fait, de ce que cela signifie de déménager, de changer de pays et de commencer une nouvelle vie ailleurs.a expliqué Jocelyn Lebeau, le réalisateur du livre audio, en entrevue dans l’émission C’est toujours une culture Mercredi.

Là où je me terre est un exemple du fait que l’art sert à quelque chose, à donner une voix et des mots à des humains”,”text”:”Je trouve que Là où je me terre est un exemple du fait que l’art sert à quelque chose, à donner une voix et des mots à des humains”}}”>je pense Où j’atterris C’est un exemple de faire de l’art, de donner une voix et des mots aux gens.Quiconque veut écouter la voix de Caroline Dawson est ajouté à ce livre audio.

“Cinéma pour les oreilles”

L’auteur Jocelyn Lebeau, à qui l’on doit le livre audio, suggère Notre souffle à Tatouine, Jean-Christophe Réhel, qui a fait un travail important pour concrétiser ce projet.

Cela ne devrait même pas s’appeler un livre audio. C’est très différent; un théâtre pour les oreilles, vivant. »

Un mot de Caroline Dawson, auteur

[Jocelyn] pense aux voix, tandis que moi, [je pense] dans la langueil a dit.

Caroline Dawson pensait travailler à changer le texte de son livre lors de sa première séance avec Jocelyn Lebeau, il y a environ un an, mais la première question du réalisateur a surpris l’auteur. . Dis-moi, à combien de mètres est la mer de chez toi [au Chili]? demanda-t-il à Caroline Dawson sans hésitation. Parce que peu importe si la mer est proche de chez vous ou à quelques kilomètres.

A ce souci du bruitage pour faire revivre l’oeuvre s’ajoute une volonté de ne pas capter la puissance sonore de Où j’atterris il suffit de lire le texte.

Je voulais vraiment le dire, dit-il. J’ai demandé [à Kathy-Alexandra Retamal Villegas] pense, à chaque instant, à ce qu’il dit [le texte] à la toute première fois.

Caroline Dawson est une écrivaine québécoise originaire du Chili

Photo : Radio-Canada / Martin Ouellet

La famille de Caroline Dawson au micro

D’autres acteurs et actrices prêteront leur voix à ce livre audio, mais aussi Bernard Derome – Caroline Dawson veut utiliser le doublage au Québec, et Jocelyn pense Lebeau dans le premier présentateur – et des membres de la famille de l’auteur.

Le public et les écrivains peuvent entendre la femme de l’auteur chanter un hymne en suédois, sa langue maternelle, et son père prononcer les mêmes paroles qu’il a prononcées lors de son arrivée à Québec, en 1986, pour trouver une administration politique. fuir au Chili, où leur vie était menacée.

Il a répété ces mots, non pas avec la peur au ventre, mais avec une grande fierté et un micro pour que tout le monde puisse entendre cette histoire, explique Caroline Dawson. C’était comme si le cercle avait tourné autour de lui.

Quand mon père est revenu [après l’enregistrement], il a déclaré : « Nous avons été accueillis comme des rois ». Je ne remercierai jamais assez Jocelyne pour ça.

Voir cette histoire pour les non-lecteurs

Le début de la version audio de Où j’atterris Cette histoire a permis de toucher un public plus large, pour le plus grand plaisir de Caroline Dawson.

Ce sont des gens comme moi, fatigués ou malades [l’autrice souffre d’un cancer depuis plus d’un an]ceux qui passent de longues heures sur la route ou ne lisent pas, mais peuvent accéder aux documents avec un livre audio.

D’une durée de 5 heures 12 minutes, six épisodes de Où j’atterris peut être écouté gratuitement sur OHdio.

Leave a Comment

%d bloggers like this: